Cuisine - Le nouveau robot-pâtissier Kenwood fait monter la température
Publié

CuisineLe nouveau robot-pâtissier Kenwood fait monter la température

Avec le Titanium Chef Pâtissier XL, la fabricant britannique innove avec deux fonctions inédites: une balance intégrée et un système de chauffe incorporé. On passe aux fourneaux.

par
Christophe Pinol
Le Titanium Chef Pâtissier XL, un appareil à tout faire.

Le Titanium Chef Pâtissier XL, un appareil à tout faire.

DR

Une fois n’est pas coutume, on a choisi de passer cette fois au crible un appareil culinaire. En cette période estivale, on a subitement eu envie de douceurs. Ça tombe bien, Kenwood, spécialiste des appareils de cuisine, sort justement un bien bel objet: le Titanium Chef Pâtissier XL, un robot-pâtissier haut de gamme doté de sérieux atouts high-tech. D’abord une fonction Easywarm inédite (capable de fondre beurre et chocolat, mais également de faire lever des pâtes ou de réaliser des sabayons); un écran tactile ainsi qu’une balance intégrée.

Attention, on préfère d’emblée prévenir: avant de passer à la caisse (autour de 899 fr. dans la plupart des grandes surfaces), il vous faudra prendre en compte l’encombrement de l’appareil (39,5 cm x 38,5 x 20), son patronyme «XL» n’étant pas usurpé.

Autrement dit, attendez-vous à devoir libérer non seulement de l’espace sur votre plan de travail pour l’engin lui-même mais également sur les étagères pour ranger ses accessoires. A savoir, deux bols en inox – le premier de 7 litres, équipé d’une résistance chauffante, et le second de 5 litres, pour les préparations froides –, ainsi qu’un fouet (pour émulsionner, réaliser des crèmes chantilly, des blancs montés…), un batteur – baptisé K – (pour réaliser pâtes à tartes ou pâtes feuilletées…), le pétrin (pour les pâtes à pain, à pizza, brioches et autres) et enfin le batteur souple (pour tout ce qui est mousse, crème et chocolat à fondre).

Une ligne élégante

La marque est notamment réputée pour son Cooking Chef Gourmet, sorti il y a deux ans, et ce modèle en reprend le design, sobre et moderne, mais en affinant ses lignes. Avec son corps tout en métal, alliage assez séduisant d’inox et de métal brossé, il respire la robustesse. L’appareil est garanti 2 ans, et même dix pour son moteur, à partir du moment où on s’inscrit sur le site du fabricant. Et puis avec ses 12 kg sur la balance, il est d’une stabilité à toute épreuve, même lorsque son puissant moteur de 1400 watts se charge de pétrir les pâtes les plus compactes.

Le bras de la structure supérieure se lève et s’abaisse pour venir y greffer les différents accessoires. Il suffit de peser sur un levier, le bras entame automatiquement le mouvement (monter ou descendre), et il ne reste alors qu’à l’accompagner pour le bloquer dans la position voulue. Voilà pour les grandes lignes…

La balance fait la différence

Alors on s’est évidemment empressé de réaliser quelques recettes et il faut reconnaître que l’appareil est plutôt bien conçu. On apprécie surtout le côté extrêmement pratique de sa balance intégrée, sensible au gramme près – jusqu’à 6 kg –, mais aussi au millilitre près puisque l’on peut changer les unités. A l’usage, c’est un vrai bonheur: il suffit de remettre le compteur à zéro entre chaque nouvel ingrédient introduit dans le bol. Cerise sur le gâteau, comme l’écran est logé dans la partie supérieure du bras, lorsque ce dernier est ouvert, à 45°, l’affichage de l’écran bascule lui aussi de manière à rester horizontal et faciliter ainsi la lecture.

Continuons sur notre lancée avec l’écran tactile, celui est en couleur – on pourra même choisir la teinte de son fond – et associé à une molette, il permet de contrôler 3 principaux paramètres: le degré de chauffe, la vitesse et le type de mélange, ainsi que le minutage de l’opération. Il donne aussi accès à 6 programmes automatiques réalisables en une seule étape pour confectionner par exemple une génoise, une meringue suisse ou monter des blancs en neige. Il suffit de balancer ses ingrédients dans le bol, d’appuyer sur une touche et le tour est joué. Super pratique.

Pour ce qui est de la chauffe, là encore il s’agit d’une fonction inédite sur un robot pâtissier, et qui se révèle bien utile, ne serait-ce que pour éviter de la vaisselle supplémentaire. Plus besoin, en effet, de faire par exemple ramollir son beurre au micro-onde dans une coupelle ou fondre son chocolat dans une casserole: tout se passe dans le bol principal. L’écran tactile vire même au rouge vif pour nous rendre attentif lorsque le bol est un peu trop chaud. Attention, on parle bien de chauffe, soit d’aide à la préparation, et non pas de véritable cuisson comme le permettent d’autres appareils de la marque.

Et la lumière fut!

Bonus non négligeable, l’appareil est équipé d’un éclairage LED juste au-dessus du bol, de manière à rendre son contenu bien visible. Quand on sait à quel point la texture, la consistance, ou même la couleur d’une ganache par exemple, sont importants dans l’exécution d’un beau gâteau, on apprécie la fonction. Et puis le LED a l’avantage de bien éclairer sans pour autant chauffer, et d’éviter ainsi d’altérer le contenu du bol.

Le Titanium Chef Pâtissier XL pèse et chauffe les ingrédients, deux fonctions inédites. 

Le Titanium Chef Pâtissier XL pèse et chauffe les ingrédients, deux fonctions inédites.

DR

Enfin, le tout est complété par une application – «Kenwood World» – regroupant toutes les recettes adaptées aux différents robots de la marque (plus de 2200 au total et plus spécifiquement 183 pour le Titanium Chef Pâtissier XL). On y trouvera aussi bien un gâteau matcha framboises chocolat, que des brioches féta, herbes et tomates séchées, des brownies au chocolat Dalgona ou encore des truffes en pâte à cookies aux amandes.

Des ratés au niveau des recettes

On doit toutefois avouer avoir rencontré des résultats mitigés au niveau de l’exécution de certaines d’entre-elles. Après une foccacia à la pâte légère, aérée et moelleuse, ou encore une crème au chocolat vraiment onctueuse, on s’est retrouvé avec des brioches au chocolat lourdes, compactes et finalement peu digestes…

Alors qui incriminer: la machine elle-même, la recette où le piètre cuisinier que nous sommes? Difficile à dire puisqu’en fin de compte, aussi performant soit-il, ce robot-pâtissier ne nous dispense évidemment pas de devoir parfois nous aussi mettre la main à la pâte, et justement travailler cette dernière, former des pâtons, en tirer les bords, les rabattre… Une chose est sûre, on a au moins une fois pris l’application en défaut, notamment sur des indications erronées quant à la fonte du chocolat. Et puis, on aurait parfois aimé des explications plus précises, notamment pour la confection des pâtons évoqués plus haut, justement.

Après, on pourrait être tenté de reprocher à l’appareil un côté un peu monomaniaque – uniquement axé sur la pâtisserie –, sauf qu’il cache en réalité un caractère résolument évolutif puisqu’il abrite deux emplacements permettant de venir greffer des accessoires optionnels (25 sont annoncés par le fabricant) allant de la sorbetière à la centrifugeuse en passant par l’outil pour confectionner des pâtes fraîches, un presse-agrume ou un blender. Bref, de quoi se montrer diablement créatif en cuisine, aussi bien dans le sucré que le salé.

Votre opinion