Suisse-ONU: Le nouvel ambassadeur de Suisse confiant sur le rôle de Berne

Publié

Suisse-ONULe nouvel ambassadeur de Suisse confiant sur le rôle de Berne

Jürg Lauber est entré en fonctions en début de semaine. Il se dit confiant sur la coopération entre la Suisse et les Nations unies.

Jürg Lauber était de 2003 à 2007 responsable des questions de droit international au sein de la délégation suisse à New York.

Jürg Lauber était de 2003 à 2007 responsable des questions de droit international au sein de la délégation suisse à New York.

Keystone

Le nouvel ambassadeur de Suisse à l'ONU, Jürg Lauber, est entré en fonctions en début de semaine. Il se dit confiant sur la coopération entre la Suisse et les Nations unies, Berne ayant les moyens de faire avancer ses intérêts en politique étrangère à New York.

En comparant les objectifs en matière de politique extérieure énumérés dans la Constitution helvétique avec la Charte de l'ONU, les contenus des deux textes coïncident pratiquement, souligne dans un entretien accordé à l'ats Jürg Lauber.

Il en va de même du travail de la Suisse à l'ONU: Berne s'engage pour les droits de l'homme, le développement durable, l'aide humanitaire, la paix, la sécurité et la démocratie. C'est pourquoi elle bénéficie d'une «extraordinaire situation de départ» dans l'arène new-yorkaise.

«Tenter ici, en tant que Suisse, de contribuer à ce que la résolution de ces objectifs soit entretenue dans la durée en coopérant avec des personnes très intéressantes et qualifiées représente un devoir que je me réjouis d'exercer», assure le nouveau chef de la délégation helvétique à l'ONU.

Discuter avec tous

La Suisse s'illustre aux Nations unies par son habileté à discuter avec tous, poursuit l'ambassadeur. Ce qui confère une grande crédibilité au pays, qui n'est par ailleurs pas trop grand, ne fait peur à personne et ne dissimule pas d'inavouables intentions.

Jürg Lauber tient toutefois à rappeler que la Suisse, 17e contributeur onusien, n'est pas non plus trop petite à New York et peut s'engager sur tous les fronts. «Nous pouvons, si nous le voulons, créer des alliances avec des partenaires de toutes les régions du globe», note-t-il.

Le diplomate, d'un naturel calme et persévérant, possède d'ores et déjà une expérience de choix liée à l'ONU. De 2003 à 2007, il était responsable des questions de droit international au sein de la délégation suisse à New York. Il est ensuite devenu chef de la Division Nations unies et organisations internationales au Département fédéral des Affaires étrangères (DFAE) à Berne.

Visiteurs de Suisse

Lors de sa prise de fonctions à New York, le nouvel ambassadeur a salué deux invités de marque: le président du Conseil national Stéphane Rossini et celui du Conseil des Etats Claude Hêche participaient, à l'invitation de l'Union interparlementaire (UIP), à la 4e Conférence mondiale des parlements nationaux au siège de l'ONU.

Cette réunion a lieu tous les cinq ans depuis 2000 et vise à améliorer la coopération de la société civile sur le développement durable et la bonne gouvernance.

Tant Stéphane Rossini que Claude Hêche se sont dits à cette occasion convaincus de la grande qualité du travail de la Suisse à l'ONU. Grâce à ces efforts à New York, le pays s'offre une excellente vitrine, avec une équipe compétente, a également souligné Claude Hêche.

Pour Jürg Lauber, cette visite faisait par ailleurs montre des bons liens établis entre les gouvernement et parlement helvétiques et les Nations unies. La Suisse est entrée à l'ONU en 2002. Quatrième ambassadeur suisse en poste depuis lors, M. Lauber succède à Jenö Staehelin, Peter Maurer et Paul Seger.

Fin septembre, le siège de l'ONU accueillera le sommet ouvrant la 70e assemblée générale de l'organisation, au cours duquel de nouveaux objectifs de développement durable doivent être adoptés.

(ats)

Ton opinion