Coronavirus - Le nouvel atout de drague: être vacciné!
Publié

CoronavirusLe nouvel atout de drague: être vacciné!

Depuis ce 7 juin, les applis de rencontre au Royaume-Uni permettent d’indiquer sur son profil que l’on a reçu le vaccin. Un argument qui fait mouche.

28% des personnes interrogées dans un récent sondage affirment refuser les rendez-vous avec quelqu’un qui n’est pas vacciné.

28% des personnes interrogées dans un récent sondage affirment refuser les rendez-vous avec quelqu’un qui n’est pas vacciné.

Getty Images

À grands coups de badges «je suis vacciné» ou «j’ai eu ma dose» sur leur profil, les usagers des applis de rencontre au Royaume-Uni peuvent à leur tour dès ce lundi 7 juin faire de leur statut vaccinal anti-Covid un argument de séduction.

Comme l’a déjà fait l’administration américaine, le gouvernement britannique a pris la main des applications de rencontre pour s’impliquer dans la campagne de vaccination, qui va s’ouvrir dans les jours prochains aux moins de 30 ans.

Selon un récent sondage YouGov, 31% des adultes préféreraient une rencontre avec quelqu’un qui est vacciné et 28% refuseraient même de rencontrer quelqu’un qui ne l’est pas.

Des bonus pour ceux qui s’affichent

Les usagers de Tinder et consorts pourront ainsi ajouter leur vaccin à leur attirail pour plaire et, s’ils affichent leur soutien à la campagne «Chaque vaccination nous donne l’espoir», bénéficier de bonus, comme des «Super like», dans l’arsenal de la drague en ligne, dans un pays éprouvé par des mois de confinement hivernal. Il s’agit là «d’un incroyable atout supplémentaire à notre programme de vaccination», a salué dans un communiqué le secrétaire d’État Nadhim Zahawi.

Pays le plus durement touché en Europe avec près de 128 000 morts, le Royaume-Uni a administré une première dose de vaccin à plus de 40 millions de personnes, une deuxième à plus de 27 millions. Le gouvernement s’est fixé comme objectif d’avoir proposé au moins une dose à tous les adultes d’ici au 31 juillet.

Le pays se trouve actuellement confronté à une poussée du variant Delta, identifié pour la première fois en avril en Inde et désormais dominant au Royaume-Uni, plus contagieux, qui menace la levée des dernières restrictions en vigueur, espérée le 21 juin.

(AFPE)

Votre opinion