France - Le Panthéon accueille Joséphine Baker, icône de la liberté
Publié

FranceLe Panthéon accueille Joséphine Baker, icône de la liberté

Quarante-six ans après sa mort en 1975, Joséphine Baker revient en pleine lumière mardi en entrant au Panthéon pour y rejoindre les grandes figures françaises grâce à sa vie «incroyable» d’artiste de music-hall, de résistante et de militante antiraciste.

Image d’archive.

Image d’archive.

AFP

«Me revoilà, Paris»: une des plus célèbres chansons de la diva retentira à 17 h 30 pour lancer la cérémonie solennelle devant le grandiose édifice néoclassique, considéré comme «le temple laïc de la République».

Femme, Noire, artiste de scène et née à l’étranger, Joséphine Baker ne sera que la sixième femme – sur 80 personnages illustres – à y entrer après Simone Veil en 2018. «Ça va être mémorable» avec de «la joie et de l’excitation», espère Brian Bouillon-Baker, un des douze enfants adoptés par Joséphine Baker, dont onze sont toujours vivants.

Avec eux, plusieurs centaines de personnes sont attendues, dont de nombreux jeunes, autour d’Emmanuel Macron qui prononcera un discours devant les portes du Panthéon.

Le chef de l’État rendra hommage à cette «artiste de renommée mondiale, engagée dans la Résistance, inlassable militante antiraciste» qui «fut de tous les combats qui rassemblent les citoyens de bonne volonté, en France comme de par le monde». «Elle est l’incarnation de l’esprit français», a proclamé le chef de l’État en annonçant, le 23 août, son entrée au Panthéon.

«Ma mère était une idéaliste qui voulait prouver que la fraternité universelle n’était pas une utopie», a résumé Brian Bouillon-Baker sur France Inter.

Née le 3 juin 1906 dans une famille pauvre de Saint Louis (Missouri) d’une Amérindienne noire et d’un père d’origine espagnole, Joséphine Baker a rejoint Paris à 19 ans pour tenter sa chance. Elle devient la vedette de «La Revue Nègre» au théâtre des Champs-Élysées en acceptant avec réticence d’apparaître seins nus.

«Si je veux devenir une star, je dois être scandaleuse», justifie-t-elle. «C’est la France qui m’a fait ce que je suis, je lui garderai une reconnaissance éternelle», affirme aussi celle qui se disait ravie d’être «devenue l’enfant chérie des Parisiens» et qui a obtenu la nationalité française le 30 novembre 1937.

«J’ai deux amours»

«J’ai deux amours, Paris et mon pays», sa chanson la plus connue, sera d’ailleurs jouée par la Musique de l’armée de l’air à l’arrivée du cercueil au Panthéon.

La dépouille de Joséphine Baker ne sera pas dans le cercueil, puisque sa famille a décidé de la laisser reposer dans le cimetière marin de Monaco, aux côtés de son dernier mari et de l’un de ses enfants, non loin de la princesse Grace qui l’avait soutenue dans les dernières années de sa vie. C’est donc un cénotaphe (tombeau ne contenant pas le corps) qui sera installé dans le caveau 13 de la crypte, où se trouve déjà l’écrivain Maurice Genevoix, entré au Panthéon l’an dernier.

Symboliquement, ce cénotaphe a été rempli de poignées des quatre terres qui «étaient chères à Joséphine Baker»: sa ville natale de Saint Louis, Paris où elle connut la gloire, le château des Milandes (Dordogne) où elle installa sa tribu arc-en-ciel, et Monaco où elle termina sa vie.

À cinq mois de l’élection présidentielle, l’Élysée assure qu’il ne faut pas voir de message politique dans cette panthéonisation. «Il y a réellement un consensus très large» et «pas une voix ne s’est élevée» pour la contester, relève un conseiller.

Il n’empêche que la cérémonie devrait donner l’occasion à Emmanuel Macron de célébrer des valeurs qu’il entend mettre en avant dans la campagne. «Joséphine Baker, c’est l’histoire exemplaire» d’une personnalité qui «fait preuve de volonté et de détermination pour construire sa propre émancipation», résume l’un de ses conseillers.

À la veille de la célébration, Albert de Monaco a rendu hommage, lundi, à Joséphine Baker en reprenant devant sa tombe des paroles de la princesse Grace: «Il y a des êtres qui ne s’éteignent jamais.»

L’Empire State Building s’allume pour Joséphine Baker

Sous le regard du basketteur français Evan Fournier, l’emblématique gratte-ciel new-yorkais, l’Empire State Building, s’est allumé aux couleurs de la France lundi soir pour honorer Joséphine Baker, à la veille de l’entrée au Panthéon de l’artiste noire née aux États-Unis.

Dès la tombée de la nuit et pour toute la soirée, la partie supérieure et la pointe de cet immeuble Art déco de 102 étages ont scintillé de bleu, blanc et rouge, «en hommage à l’artiste et icône des droits civils Joséphine Baker, première femme noire intronisée au Panthéon», selon le compte Twitter du légendaire édifice de Manhattan.

(AFP)

Votre opinion

3 commentaires