Publié

Benoît XVI au LibanLe pape entame sa visite dans un contexte difficile

Benoît XVI entame vendredi une visite délicate au Liban sur fond de guerre civile en Syrie voisine et d'effervescence du monde arabo-musulman.

Le pape Benoît XVI.

Le pape Benoît XVI.

AFP

En dépit de ces tensions, le dispositif de sécurité déployé pour l'occasion reste toutefois modeste à Beyrouth.

Aucune manifestation contre sa venue n'est toutefois prévue dans la capitale. Sur des banderoles en arabe et en français accrochées le long de l'autoroute entre l'aéroport et le centre-ville, le Hezbollah chiite souhaite même «la bienvenue au pape au pays de la coexistence».

Voyage «spirituel»

Pour Rev Samir Khalil Samir, un chrétien expert de l'islam, aucun débordement n'est à craindre malgré les manifestations anti- américaines qui ont éclaté au Moyen-Orient parce que toutes les communautés libanaises considèrent cette visite comme un geste de paix. Le pape «va délivrer un message spirituel, qui a certes des implications politiques, mais qui est avant tout spirituel».

Pour son 24e voyage à l'étranger, Benoît XVI doit dévoiler un document appelé «exhortation apostolique», qui se fonde sur les résultats d'un synode des évêques catholiques sur le Moyen-Orient tenu à Rome en 2010. Cette assemblée avait abordé des thèmes comme la sécurité régionale, l'exode des chrétiens, et la nécessité d'une solution au conflit israélo-palestinien.

Tous ces sujets devraient être abordés dans le document et dans les discours du pape au cours de cette visite de trois jours, de vendredi à dimanche. Le Saint-Père participera à deux grands événements en plein air et rencontrera les responsables politiques libanais ainsi que les représentants de toutes les communautés musulmanes et chrétiennes du pays, qui sont nombreuses.

L'ombre du conflit syrien

Le Saint-Siège a conscience que le pape, qui est âgé de 85 ans, va s'exprimer à seulement 50 km de la frontière avec la Syrie, où le conflit qui oppose depuis un an et demi le régime de Bachar al Assad aux insurgés a fait des milliers de morts. Les combats ont même quelquefois franchi la frontière avec le Liban.

La situation en Syrie et ces tensions au Liban ont fait craindre un voyage trop dangereux, mais le Vatican se dit confiant quant à la sécurité du pape après avoir reçu des «garanties raisonnables» de plusieurs factions libanaises que la visite ne serait pas perturbée.

(ats)

Votre opinion