Publié

ItalieLe pape François fustige «l'indifférence» face aux migrants

Le pape François a fustigé lundi, lors d'une visite sans précédent à Lampedusa, «l'indifférence» du monde au sort des migrants dont des centaines ont péri ces dernières années en Méditerranée.

1 / 11
Durant sa visite, le pape François a pris le temps de s'entretenir avec les migrants de l'île.

Durant sa visite, le pape François a pris le temps de s'entretenir avec les migrants de l'île.

AFP
Le pape François a été conduit en vedette des garde-côtes devant la Porte de l'Europe.

Le pape François a été conduit en vedette des garde-côtes devant la Porte de l'Europe.

Keystone
Durant sa visite, le pape François a pris le temps de s'entretenir avec les migrants de l'île.

Durant sa visite, le pape François a pris le temps de s'entretenir avec les migrants de l'île.

AFP

«Nous avons perdu le sens de la responsabilité fraternelle», «la culture du bien-être nous rend insensibles aux cris d'autrui (...) aboutit à une globalisation de l'indifférence», a lancé le pape lors d'une messe suivie par plus de 10'000 personnes sur le petit stade de l'île sicilienne.

«Des immigrés morts en mer, sur ces bateaux qui, au lieu d'être un chemin de l'espérance, ont été une route vers la mort», a déploré le pape au début de son homélie, en comparant cette «pensée qui revient constamment» à «une épine dans le cœur qui provoque la souffrance».

Il a souligné avoir été informé récemment de cette «tragédie» récurrent en Méditerranée, raison pour laquelle il a décidé de venir à Lampedusa, son premier voyage hors de Rome, pour «prier et accomplir un geste de proximité et également réveiller les consciences pour que ce qui s'est produit ne se répète plus».

Le pape a appelé à «changer concrètement certaines attitudes». «Nous ne sommes plus attentifs au monde dans lequel nous vivons, nous n'avons plus soin de ce que Dieu a créé», a-t-il ajouté.

«Nos frères et sœurs cherchaient à sortir de situations difficiles pour trouver un peu de sérénité et de paix, un endroit meilleur pour eux et leur famille mais ils ont trouvé la mort», a-t-il encore souligné.

«Qui est responsable du sang de ces frères et sœurs? Personne! nous répondons tous ainsi: ce n'est pas moi, c'est sans doute quelqu'un d'autre (..) nous avons perdu le sens de la responsabilité fraternelle».

Le pape a aussi exprimé «sa gratitude sincère et ses encouragements» aux 6000 habitants de Lampedusa et Linosa, aux associations de bénévoles et aux forces de sécurité «qui ont montré leur attention pour les autres personnes en voyage vers quelque chose de meilleur». «Vous êtes une petite communauté mais vous offrez un exemple de solidarité», a estimé le pape.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!