16.04.2016 à 13:11

Crise des migrantsLe pape François: «Nous sommes tous des migrants»

A Lesbos, François a exprimé le souhait de ramener au Vatican une dizaine de réfugiés. Ils les a appelés à ne pas perdre «espoir».

1 / 150
Un tribunal italien doit rendre son verdict sur un bénévole français contre lequel le parquet a requis 3 ans et 4 mois de prison pour avoir tenté de conduire une famille soudanaise en France. (Jeudi 27 avril 2017)

Un tribunal italien doit rendre son verdict sur un bénévole français contre lequel le parquet a requis 3 ans et 4 mois de prison pour avoir tenté de conduire une famille soudanaise en France. (Jeudi 27 avril 2017)

AFP
Le pacte UE-Turquie a transformé ce pays en «un terrain d'essai des politiques européennes qui bafouent les droits» des réfugiés, ont dénoncé plusieurs ONG. (Jeudi 16 mars 2017)

Le pacte UE-Turquie a transformé ce pays en «un terrain d'essai des politiques européennes qui bafouent les droits» des réfugiés, ont dénoncé plusieurs ONG. (Jeudi 16 mars 2017)

Keystone
Nouveau drame sur une plage en Libye. Une vingtaine de clandestins ont été tués par des passeurs sur une plage en Libye après avoir refusé d'embarquer à bord d'un bateau pour rejoindre l'Europe. (8 mars 2017)

Nouveau drame sur une plage en Libye. Une vingtaine de clandestins ont été tués par des passeurs sur une plage en Libye après avoir refusé d'embarquer à bord d'un bateau pour rejoindre l'Europe. (8 mars 2017)

archive/photo d'illustration, AFP

Le pape s'est rendu samedi auprès des migrants à Lesbos pour réaffirmer son message de solidarité. François a rencontré samedi des migrants et réfugiés détenus dans le camp de Moria, sur l'île grecque de Lesbos, porte d'entrée en Europe de dizaines de milliers de migrants auxquels il entend dire sa solidarité. Le pape a également manifesté l'intention de ramener au Vatican des réfugiés de Lesbos appartenant à des groupes vulnérables, mais arrivés avant le 20 mars, a indiqué le gouvernement grec.

Accompagné de ses deux principaux hôtes de la journée, Bartholomée, le patriarche de Constantinople qui exerce une primauté honorifique au sein des patriarches orthodoxes, et Ieronymos, l'archevêque orthodoxe d'Athènes et de toute la Grèce, le pape a été accueilli avec des pancartes «Help» (à l'aide).

Les trois prélats ont ensuite longuement salué des centaines de migrants, parmi lesquels de nombreuses familles avec de jeunes enfants souvent. «Bénissez moi», a pleuré un migrant en s'agenouillant devant lui.

Quelque 3000 migrants sont enfermés dans ce camp, aux conditions dénoncées comme misérables par les ONG. Beaucoup ont donné au pape des dessins, des lettres, et échangé quelques mots avec l'aide de plusieurs traducteurs.

Des «groupes vulnérables»

Ces réfugiés appartiennent à des «groupes vulnérables» et «sont arrivés à Lesbos avant la mise en vigueur de l'accord UE-Turquie», a indiqué l'organe grec de coordination de la politique migratoire (SOMP), sans plus de détails. Ils ne seraient donc pas visés par les mesures de renvoi vers la Turquie.

Selon la télévision publique ERT, il s'agit de trois familles hébergées au camp ouvert de Kara Tepe et qui ont été tirées au sort. Selon l'agence de presse grecque Ana, le pape veut ramener ces réfugiés, une dizaine au total, à bord de son avion, lors de son départ dans l'après-midi de Lesbos. Le SOMP n'a toutefois pas confirmé ces modalités.

Un voyage marqué par la tristesse

L'avion du pontife argentin a atterri à 10h04 (9h04 en Suisse), avec 15 minutes d'avance sur le programme, à l'aéroport de Mytilène (Grèce), le chef-lieu de l'île. Il a été accueilli par le Premier ministre grec Alexis Tsipras. Le chef spirituel de l'Eglise orthodoxe, le patriarche de Constantinople Bartholomée, et le chef de l'Eglise orthodoxe grecque Hiéronyme II étaient présents sur le tarmac.

«C'est un voyage un peu différent des autres», a déclaré le pape aux médias un peu plus tôt, pendant le vol. «Un voyage marqué par la tristesse (...) Nous allons rencontrer la pire catastrophe humanitaire depuis la Seconde guerre mondiale. Nous allons voir tant de gens qui souffrent, qui fuient et qui ne savent pas où aller. Et nous allons aussi à un cimetière, la mer. Tant de gens ne sont jamais arrivés.»

(afp-ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!