Publié

VATICANLe pape François s'entretient avec Jérôme Kerviel

L'ex-courtier s'est entretenu mercredi avec le pape François, qui représente pour lui «LA figure morale d'honnêteté et de droiture», au Vatican.

Jérôme Kerviel a été condamné en appel en 2012 à cinq ans de prison dont trois ferme, au remboursement des pertes ainsi qu'au versement de 4,9 milliards d'euros de dommages et intérêts.

Jérôme Kerviel a été condamné en appel en 2012 à cinq ans de prison dont trois ferme, au remboursement des pertes ainsi qu'au versement de 4,9 milliards d'euros de dommages et intérêts.

AFP

L'ex-courtier français Jérôme Kerviel, accusé en 2008 d'avoir fait perdre à la Société générale plusieurs milliards d'euros, s'est brièvement entretenu mercredi avec le pape François, ont constaté des journalistes.

Jérôme Kerviel était accompagné au Vatican de son avocat, Me David Koubbi, qui a longuement parlé avec le souverain pontife, selon l'agence d'informations sur le Vatican i.media.

Cet entretien est intervenu après l'audience générale Place Saint-Pierre, à l'issue de laquelle il est de tradition qu'une centaine de personnes se succèdent pour saluer et s'entretenir brièvement avec le pape ou lui demander sa bénédiction.

Admiration pour le pape François

Une semaine avant cette rencontre, l'ancien courtier de la Société Générale avait dit son admiration pour le pape François dans une interview accordée au site internet d'information chrétienne Aleteia.

«Le pape François représente pour moi une figure - LA figure - morale d'honnêteté et de droiture», avait-il notamment affirmé. Jérôme Kerviel avait aussi assuré qu'il voyait le pape comme «un phare qui montre un cap, seul à même de moraliser le système», selon i.media.

Le pape favorable à une régulation des marchés

Entré à la Société générale à 23 ans, Jérôme Kerviel a été accusé d'avoir fait perdre à sa banque cinq milliards d'euros. Il a été condamné en appel en 2012 à cinq ans de prison dont trois ferme, au remboursement des pertes ainsi qu'au versement de 4,9 milliards d'euros de dommages et intérêts.

Sa défense a déposé un recours que la Cour de cassation examinera en mars prochain.Le pape, qui plaide pour la lutte contre la pauvreté, s'est prononcé à maintes reprises pour une régulation des marchés financiers, contre la corruption et le capitalisme sauvage.

(AFP)

Ton opinion