16.12.2016 à 01:14

ColombieLe pape invite Santos et son ennemi Uribe au Vatican

Le lauréat du Prix Nobel de la paix et son prédécesseur et rival se retrouveront à Rome vendredi.

1 / 147
Les autorités colombiennes ont annoncé dimanche avoir déjoué un attentat contre le leader de l'ex-guérilla des FARC, Rodrigo Londoño. (Lundi 13 janvier 2020)

Les autorités colombiennes ont annoncé dimanche avoir déjoué un attentat contre le leader de l'ex-guérilla des FARC, Rodrigo Londoño. (Lundi 13 janvier 2020)

Keystone
La Colombie a connu dimanche les plus pacifiques de ces dernières années. Une femme devrait devenir maire de Bogota. (27 octobre 2019)

La Colombie a connu dimanche les plus pacifiques de ces dernières années. Une femme devrait devenir maire de Bogota. (27 octobre 2019)

AFP
La dissidence des Farc, a annoncé, dans une vidéo diffusée mercredi, la création d'un mouvement politique clandestin, suite à son soulèvement armé la semaine dernière. (4 septembre 2019)

La dissidence des Farc, a annoncé, dans une vidéo diffusée mercredi, la création d'un mouvement politique clandestin, suite à son soulèvement armé la semaine dernière. (4 septembre 2019)

AFP

Le pape François a invité le président colombien et prix Nobel de la Paix, Juan Manuel Santos, et son prédécesseur Alvaro Uribe, principal opposant à l'accord avec la guérilla des Farc, à une réunion vendredi au Vatican, a indiqué la présidence colombienne.

«Le Vatican a organisé l'audience du Pape, Santos et Uribe. Le président est au courant et celui lui a semblé bien», a déclaré un porte-parole de la présidence colombienne.

M. Santos, en tournée en Europe et qui doit être reçu vendredi par le pape, «continue d'insister sur la nécessité d'une entente nationale pour la mise en oeuvre de l'accord de paix» avec les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc, marxistes), selon la même source.

L'information a été divulguée par la présidence peu après que M. Uribe, aujourd'hui sénateur, a annoncé au Congrès avoir été averti de l'invitation à la dernière minute. M. Uribe a précisé qu'il allait tenter de prendre un avion pour arriver à temps pour la réunion.

Uribe dénonce l'«impunité»

«A 10h00 (15h00 GMT) j'ai reçu un appel du secrétaire d'Etat du Vatican, Mgr (Pietro) Parolin me demandant si je n'avais pas été invité à une réunion avec le Saint Père demain (vendredi). Je lui ai dit: +Non monseigneur, c'est la première fois que j'en ai connaissance et à cette heure cela va être très difficile d'y arriver+», a déclaré l'ex-président colombien au Sénat.

«Je dois décoller dans deux heures. Si je n'arrive pas à Rome, ce ne sera pas par mauvaise volonté, mais par manque de temps», a-t-il affirmé.

Il n'a pas été confirmé si M. Uribe avait finalement réussi à prendre l'avion.

L'ex-chef de l'Etat colombien est le plus farouche opposant à l'accord signé avec les FARC à l'issue de près de quatre ans de négociations pour mettre fin à plus d'un demi-siècle de conflit armé.

Accord ratifié

Opposé à la future reconversion de la guérilla en parti politique légal, M. Uribe dénonce l'«impunité» dont vont, selon lui, bénéficier les rebelles coupables de crimes graves. Il avait mené une intense campagne contre la ratification de cet accord de paix par le référendum du 2 octobre, marqué par une abstention record de plus de 62% et où le «non» ne l'avait emporté que de quelque 50.000 voix d'avance sur le «oui».

L'accord a depuis été renégocié pour intégrer des propositions de l'opposition, signé le 24 novembre puis ratifié par le Congrès.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!