26.09.2015 à 04:34

Etats-UnisLe pape termine sa tournée à Philadelphie

Le pape François est attendu à Philadelphie pour célébrer la liberté religieuse, après une messe au Madison Square Garden, à New York.

1 / 46
Pour mieux apercevoir le souverain pontife, certains n'ont pas hésité à grimper dans les arbres. (27 septembre 2015)

Pour mieux apercevoir le souverain pontife, certains n'ont pas hésité à grimper dans les arbres. (27 septembre 2015)

Reuters
A l'aube, le pape François a rencontré trois femmes et deux hommes victimes d'abus sexuels perpétrés non seulement par des prêtres mais aussi par des éducateurs ou des membres de leur famille. (Philadelphie, le 27 septembre 2015)

A l'aube, le pape François a rencontré trois femmes et deux hommes victimes d'abus sexuels perpétrés non seulement par des prêtres mais aussi par des éducateurs ou des membres de leur famille. (Philadelphie, le 27 septembre 2015)

AFP
Aretha Franklin a chanté en l'honneur du pape François à Philadelphie à l'occasion de la 8e rencontre mondiale des familles (26 septembre 2015)

Aretha Franklin a chanté en l'honneur du pape François à Philadelphie à l'occasion de la 8e rencontre mondiale des familles (26 septembre 2015)

Reuters

Le pape François devait quitter samedi matin New York pour Philadelphie, dernière étape de sa tournée triomphale aux Etats-Unis où il devait célébrer les valeurs de la liberté religieuse et de la famille.

Le chef de l’Église catholique, depuis mardi aux Etats-Unis en provenance de Cuba, vient clore à Philadelphie samedi et dimanche la 8e rencontre mondiale des familles: 1,5 million de personnes sont attendues dimanche pour la messe finale.

Chef d'Etat et chef religieux

Jorge Bergoglio a achevé la partie politique de son voyage, la plus délicate. Accueilli en chef d'Etat et chef religieux à la fois, il a plaidé à Washington et à New York pour les exclus et l'écologie globale, à la Maison Blanche, au Congrès comme devant l'Assemblée générale de l'ONU.

Des discours puissants, habiles mais sans agressivité, plutôt bien accueillis par la classe politique, même si une bonne partie des républicains le jugent encore trop radical socialement et économiquement.

Son séjour à New York s'est achevé vendredi soir par une messe solennelle au milieu d'une foule dense et fervente au Madison Square Garden.

Les Américains séduits

De nombreuses chaînes américaines, séduites par le phénomène François, l'ont retransmise en direct.

Le pape a été très longuement applaudi à la fin de la messe par la foule debout, démontrant qu'il avait conquis le cœur des Américains.

Comme à Washington et à New York, les foules l'attendent le long des avenues de Philadelphie («amour fraternel» en grec), lieu fondateur des Etats-Unis, pour l'accueillir dans sa jeep découverte, quand il ne circule pas dans sa petite Fiat 500 gris foncée.

Le défi de sa sécurité

Les services de sécurité sont sur les dents en raison de l'affluence de fidèles venus de tous les Etats-Unis et de nombreux pays, à commencer par le Mexique, sur le Benjamin Franklin Parkway de Philadelphie.

Certains sont arrivés dès mardi pour participer à la rencontre mondiale des familles catholiques.

A Philadelphie, le pape doit célébrer en milieu de matinée une messe à la cathédrale des Saints Pierre et Paul, en présence de 2000 prêtres, évêques, religieuses et laïcs.

La communauté hispanique à l'honneur

Au National Independance Historical Park, dans l'après-midi, il rencontrera la communauté hispanique (40% des catholiques américains sont hispaniques comme le pape argentin) et d'autres immigrés.

La liberté américaine, particulièrement la liberté religieuse revendiquée par les «pilgrim fathers», doit y être exaltée, comme la richesse du brassage de l'immigration, un thème cher au pape, qu'il a déjà souligné à Washington et New York.

Le parc abrite plusieurs des monuments fondateurs de l'identité américaine: le Liberty Bell Center et l'Independance Hall où ont été proclamées la déclaration d'indépendance des Etats-Unis en 1776 et la Constitution en 1787.

Mariage et familles évoqués

Dans la soirée, il devait animer une grande veillée de prière pour les familles, avant la messe finale le lendemain, sur le Benjamin Franklin Parkway.

Ce sera l'occasion pour lui d'évoquer les questions du mariage et de la famille avant un synode (assemblée) délicat des évêques qui s'ouvre dans huit jours sur ces sujets au Vatican.

Alors que certains évêques américains s'inquiètent des ouvertures possibles de ce synode sur les sujets comme le divorce et l'homosexualité, le pape a affirmé que la famille est "menacée de l'extérieur et de l'intérieur". Il a aussi défendu devant l'ONU «une loi morale inscrite dans la nature humaine elle-même, qui comprend la distinction naturelle entre homme et femme».

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!