Actualisé 01.03.2012 à 14:00

ElectricitéLe paradoxe des appareils électroménagers

Ils sont de plus en plus efficaces énergétiquement, mais de plus en plus nombreux en Suisse. Résultat: aucune économie ne découle de ces efforts technologiques, note jeudi l’Association des entreprises électriques.

les consommateurs se tourneraient de plus en plus vers des appareils plus écologiques.

les consommateurs se tourneraient de plus en plus vers des appareils plus écologiques.

Keystone

Les appareils électro-ménagers consomment moins, mais leur nombre augmente. Cette situation annule les économies d’énergie, selon une étude de l’Association des entreprises électriques de Suisse (AES). Elle relève que l’électricité est économisée là où le confort est le moins touché.

La multiplication des appareils en double ou en triple exemplaires est devenue flagrante dans l’étude de l’AES réalisée en 2011 et présentée jeudi à Berne. Les ménages possédant au moins un ordinateur sont 83% (+ 11% depuis 2005), mais ils sont 43% à en posséder au moins deux (+20%) et 20% à en avoir trois (+12%).

Moins de 10% des ménages utilisent même un 4e ordinateur. En 2005 lors de la précédente étude, aucun des ménages recensés n’en avait autant. Si la quasi totalité des ménages suisses possèdent une télévision (94%), 35% en ont plus d’une. Les lecteurs vidéos, DVD et Blu-Ray sont également très répandus (72%), note l’AES lors de sa conférence de presse.

En 2011, avoir chez soi une imprimante (87%), une connexion internet (80%) et le téléphone sans fil (86%) est devenu presque aussi banal que posséder une télévision.

Comportement écologique

L’AES estime le comportement écologique des consommateurs «en bonne voie». Entre 2005 et 2011, ils ont été toujours plus nombreux à choisir les lampes à économie d’énergie, passées de 6% à 21% ou des LED, dont la part de marché atteint 7%. Les ampoules à incandescence, interdites depuis 2008, n’attirent plus que 32% des acheteurs (53% en 2005).

Pour 95% des sondés, laisser la lumière allumée dans une pièce qu’on vient de quitter fait partie du passé. L’AES relève cependant que dans ce chiffre se cache «probablement une part de politiquement correct».

Presser sur le bouton d’arrêt d’un appareil devient aussi de plus en plus fréquent: 64% des ménages interrogés disent éteindre leur ordinateur, 55% leur téléviseur et 69% leur machine à café. Concernant cette dernière, la fonction d’arrêt automatique (20%) joue certainement un rôle non négligeable.

Décalée d'une heure

L’AES s’est aussi intéressée à la flexibilisation de la demande en électricité, c’est-à-dire l’ajustement de la consommation et de la production d’électricité en fonction l’une de l’autre. L’étude est arrivée à la conclusion que la mise en service des appareils peut être décalée jusqu’à une heure environ.

Elle met également en évidence qu’en développant considérablement les énergies renouvelables, et notamment le solaire, l’offre sera beaucoup trop élevée la journée et manquera la nuit. L’AES estime que la production d’électricité photovoltaïque nécessite un stockage de 12 heures en été et 15 heures en hiver.

L’utilisation de l’électricité dans les ménages suisses est répartie en six domaines, explique l’étude. La part la plus importante est utilisée par le chauffage, la climatisation, l’eau chaude etc avec 39%. Suivent la cuisinière, réfrigérateurs etc qui en consomment 28%, lave-linge et sèche-linge 8%, l’éclairage 8%, l’informatique 9% et les autres appareils électriques 8%.

L’étude a été réalisée auprès de 1200 ménages de Suisse romande et alémanique pendant l’hiver 2011 par l’entreprise de conseil Ernst Basler + Partner à la demande de l’AES. Cette enquête fait partie du projet Prévision 2012 de l’association des entreprises électriques qui donnera un aperçu de l’approvisionnement futur en électricité.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!