Fitness: Le parcours Vita a 50 ans et se porte comme un charme

Publié

FitnessLe parcours Vita a 50 ans et se porte comme un charme

Né à Zurich il y a un demi-siècle, le concept a conquis toute la Suisse, où l'on comptabilise 1125,2 km de piste. Il a même voyagé au-delà de nos frontières.

par
Anne-Charlotte Müller
1 / 13
Au départ, le parcours Vita était destiné aux sportifs. Très apprécié des enfants, il s'est démocratisé.

Au départ, le parcours Vita était destiné aux sportifs. Très apprécié des enfants, il s'est démocratisé.

dr
Le premier a vu le jour en mai 1968 dans le quartier zurichois de Fluntern.

Le premier a vu le jour en mai 1968 dans le quartier zurichois de Fluntern.

Martin Ruetschi, Keystone
Dotées d'engins fixes, ces pistes sont aujourd'hui très prisées des sportifs qui veulent améliorer leurs performances, mais aussi des familles et des enfants.

Dotées d'engins fixes, ces pistes sont aujourd'hui très prisées des sportifs qui veulent améliorer leurs performances, mais aussi des familles et des enfants.

Peter Klaunzer, Keystone

Voilà cinquante ans que les Suisses courent, sautent, se suspendent et s'époumonent sur les parcours santé, dont le premier a vu le jour en mai 1968 dans le quartier zurichois de Fluntern. Dotées d'engins fixes, ces pistes sont aujourd'hui très prisées des sportifs qui veulent améliorer leurs performances, mais aussi des familles et des enfants. «Au départ, ces parcours étaient créés pour les sportifs, mais on a remarqué que tout un chacun se plaisait à les utiliser. Les exercices et le matériel ont donc dû subir quelques remaniements pour être adaptés à un public plus large», explique Barbara Baumann, responsable de Zurich parcoursvita (ZPV).

Le concept est né dans les années 1960, avec un moniteur de gym de Wollishofen (ZH). Amateur de plein air, il organisait des entraînements dans la forêt, où il utilisait les obstacles et engins qu'ils trouvaient sur les lieux: des troncs d'arbres, des souches, des tiges, des branchages.

Avec le temps, les stations d'exercices se sont affinées, de sorte que les sportifs laissaient les éléments de parcours sur place. Pour bénéficier d'installations pérennes, la société de gym s'est ensuite adressée à l'office des forêts, à l'ingénieur cantonal et à un scientifique spécialisé dans le sport. Un premier parcours, sponsorisé par l'assurance Vita d'alors, a ainsi pu voir le jour en 1968 en Suisse alémanique. D'autres ont suivi en Suisse romande, notamment à Chalet-à-Gobet (VD) en 1970.

«Il y a eu un développement phénoménal dans les débuts. En 1973, on a inauguré le 100e parcours et en 1990 le 500e», souligne Barbara Baumann. La Suisse compte à présent 499 parcours répartis dans tout le pays. Sur les 1125,2 km de piste, 69% traversent les forêts de Suisse alémanique, 24% la Romandie et 7% la Suisse italienne. Le concept a même voyagé au-delà des frontières puisque de nombreux pays se sont mis au pli, comme l'Allemagne ou le Kenya par exemple.

Agilité, force et endurance

Chaque année, une ou deux pistes disparaissent en raison de leur vétusté et du manque de moyens pour les renouveler, mais la création de nouvelles pistes compense les pertes. «Cela fait déjà plusieurs années que le nombre de parcours s'est stabilisé à 500 environ. Le concept actuel date de 1997 mais correspond aux connaissances acquises à ce jour dans le domaine du sport», relève Barbara Baumann. La plupart des parcours offrent 15 postes munis de panneaux explicatifs présentant chacun 43 exercices variés entraînant la mobilité l'agilité, la force, l'endurance.

Selon une enquête réalisée par Sport Suisse en 2014, plus de 50% des résidants suisses âgées entre 15 et 74 ans utilisent les pistes Vita: 3% d'entre eux, une fois par semaine; 5% au moins une fois par mois, 17% plusieurs fois par an et 30% rarement.

Ton opinion