26.10.2020 à 07:16

ThaïlandeLe Parlement se réunit, nouveau défi lancé à la monarchie

Une session extraordinaire consacrée aux manifestations pro-démocratie doit se tenir ce lundi, alors qu’une manif doit avoir lieu devant l’Ambassade d’Allemagne.

La session de deux jours porte sur le fait que certains rassemblements étaient «illégaux» car ils ont porté atteinte à la monarchie.

La session de deux jours porte sur le fait que certains rassemblements étaient «illégaux» car ils ont porté atteinte à la monarchie.

KEYSTONE

Le Parlement thaïlandais est réuni à partir de ce lundi pour une session extraordinaire consacrée aux manifestations pro-démocratie, tandis que les contestataires prévoient de se rassembler devant l’Ambassade d’Allemagne, nouveau geste de défi au roi Maha Vajiralongkorn qui séjourne fréquemment dans ce pays.

La session de deux jours porte sur le fait que certains rassemblements étaient «illégaux» car ils ont porté atteinte à la monarchie, selon un communiqué publié par le Parlement. Aucune des demandes des protestaires ne sera débattue, ce qui pourrait attiser encore les tensions d’après des observateurs qui estiment que le gouvernement cherche simplement à «gagner du temps».

Démission réclamée

La contestation, dans la rue depuis plus de trois mois, demande la démission de Prayut Chan-O-Cha, au pouvoir depuis le coup d’Etat de 2014 et légitimé par des élections controversées l’année dernière. Elle réclame aussi une révision de la Constitution et une réforme de la puissante et richissime monarchie, une question taboue il y a encore peu. «Je suis au courant de ces revendications (...) et plusieurs sujets sont en cours de travail», a relevé Prayut Chan-O-Cha devant les parlementaires, sans apporter de précisions ni de calendrier.

La session d’aujourd’hui porte uniquement sur le fait que «des comportements inappropriés» ont eu lieu en marge de plusieurs rassemblements, a ajouté le chef du gouvernement qui a indiqué à plusieurs reprises qu’il ne démissionnerait pas.

Le 14 octobre, des dizaines de manifestants avaient levé trois doigts devant la voiture de la reine Suthida et du prince héritier Dipangkorn, un geste de défi inédit. Trois activistes sont poursuivis pour «violence contre la reine» et risquent la prison à vie à la suite de cet incident. Plusieurs dizaines de partisans pro-royalistes se sont rassemblés devant le Parlement lundi matin, exhortant les députés à ne pas toucher à la monarchie.

Prayuth Chan-O-Cha a convoqué le Parlement après avoir imposé un état d’urgence «renforcé», levé quelques jours plus tard face à une contestation descendue par milliers dans la rue malgré l’interdiction de rassemblement.

Ces opposants doutent de l’efficacité de cette session pour tenter de résoudre la crise. «J’appelle le général Prayut à démissionner de son poste de Premier ministre. Cette solution résoudra tous les problèmes et ne détruira pas davantage le pays», a lancé devant les parlementaires Prasert Jantararuangthong, secrétaire général du Pheu Thai, principal parti d’opposition.

Les protestaires pro-démocratie souhaitent marcher en fin d’après-midi vers l’ambassade d’Allemagne, dernier geste de défi à Maha Vajiralongkorn.

(AFP/NXP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!