Libye – Le Parlement vote une aide de plus de 10’000 francs par famille
Publié

LibyeLe Parlement vote une aide de plus de 10’000 francs par famille

Cette loi intervient deux mois après que le gouvernement a décidé d’octroyer une «prime de mariage» d’environ 8000 francs aux couples célébrant leur union d’ici à la fin de l’année.

Le Premier ministre libyen Abdelhamid Dbeibah s’adresse aux législateurs lors de la première session parlementaire réunie, dans la ville côtière de Syrte, à l’est de la capitale, le 9 mars 2021.

Le Premier ministre libyen Abdelhamid Dbeibah s’adresse aux législateurs lors de la première session parlementaire réunie, dans la ville côtière de Syrte, à l’est de la capitale, le 9 mars 2021.

AFP

Le Parlement libyen a adopté lundi une loi octroyant une aide d’environ 10’000 francs à chaque famille libyenne, deux mois après que le gouvernement rival à Tripoli a décidé d’octroyer un subside aux jeunes couples, alors que se profilent des élections en fin d’année. La Chambre des représentants, qui siège à Tobrouk (est), a annoncé le vote à l’unanimité de cette aide de 50’000 dinars par famille (10’178 francs), dans un pays qui compte quelque 7 millions d’âmes, sans préciser les raisons ayant motivé l’adoption de cette loi ni la date de son application.

Ce vote intervient cependant environ deux mois après l’annonce du gouvernement de transition, basé à Tripoli (ouest), d’accorder une «prime de mariage» de 40’000 dinars (8142 francs) à 25’000 couples célébrant leur union d’ici à la fin de l’année. Ces derniers ont d’ailleurs été exclus de l’allocation familiale adoptée lundi par les députés. «Toutes les familles libyennes sont éligibles» à l’allocation de 50’000 dinars, excepté celles ayant déjà bénéficié de «la prime de mariage», a déclaré à l’AFP le porte-parole du Parlement, Abdallah Bliheq. Le nombre de familles éligibles s’élève à environ 1,7 million.

Le Parlement libyen est dirigé par Aguila Saleh, une figure politique de la région orientale de Cyrénaïque, et adversaire politique du Premier ministre intérimaire Abdelhamid Dbeibah, un notable de l’Ouest. La Libye tente de s’extraire d’une crise politique majeure qui perdure depuis la chute de l’ancien régime en 2011, dirigé par le dictateur Mouammar Kadhafi.

Après des années de conflits armés et de divisions régionales entre l’Est et l’Ouest, un nouveau gouvernement intérimaire a été désigné en début d’année, sous l’égide de l’ONU, pour mener la transition d’ici à une élection présidentielle cruciale fixée au 24 décembre. La chute de l’ancien régime et le chaos qui a suivi ont causé l’appauvrissement de pans entiers de la population, pourtant peu nombreuse pour se partager les dividendes des plus abondantes réserves pétrolières d’Afrique.

(AFP)

Votre opinion

1 commentaire