20.11.2014 à 10:42

Le patrimoine des ménages suisses en forte hausse l'an passé

Fortune

A la faveur des hausses du cours des actions et des prix immobiliers, le patrimoine net des ménages suisses a une nouvelle fois fortement augmenté l'an passé.

L'an dernier, la valeur de marché des biens immobiliers des ménages suisses atteignait 1739 milliards.

L'an dernier, la valeur de marché des biens immobiliers des ménages suisses atteignait 1739 milliards.

ARCHIVES, Keystone

A fin 2013, le bas de laine de la population helvétique se chiffrait à 3186 milliards de francs, soit 157 milliards ou 5,2% de plus qu'une année auparavant.

A fin décembre 2013, le patrimoine net - à savoir le total des actifs financiers et des biens immobiliers, après déduction des passifs - se chiffrait à 391'000 francs par habitant, précise jeudi la Banque nationale suisse (BNS). Ce montant a, lui, augmenté d'une année sur l'autre de 3,9%, soit 15'000 francs.

Pour mémoire, le bas de laine dont disposait chaque habitant du pays avait progressé de 5,3% en 2012, après avoir déjà augmenté de 3,6% l'année précédente. Depuis 2009, le patrimoine net par tête a ainsi augmenté de plus de 51'000 francs, ressort-il de la statistique de l'institut d'émission.

L'an passé, les seuls actifs financiers ont dans leur ensemble progressé de 5% ou 105 milliards de francs à 2213 milliards. La valeur de marché des biens immobiliers atteignait quant à elle 1739 milliards, un montant supérieur de 77 milliards ou 4,6% au regard de celui présenté à fin 2012. Les passifs, essentiellement des hypothèques, ont eux crû de 3,3% ou 25 milliards à 766 milliards.

Marchés d'actions dynamiques

Dans le détail des actifs financiers, les dépôts des ménages auprès de banques et de PostFinance ont gagné 35 milliards de francs à 706 milliards. Une partie de cette manne provient de la cession de titres de créances et des actions. Les premiers ont ainsi diminué de 13 milliards à 103 milliards.

Pour les actions, les ventes ont représenté une somme de 5 milliards de francs, alors que les gains en capitaux se sont hissés à 45 milliards à la faveur de la bonne tenue des marchés financiers. Au final, la valeur de marché de ces titres s'est hissée à 267 milliards de francs, en expansion de 40 milliards.

Une évolution des marchés qui a aussi bénéficié aux fonds de placement, dont la valeur s'est hissée à 194 milliards de francs à fin décembre 2013, soit 14 milliards de plus que la valeur affichée une année auparavant. Celle des assurances et des avoirs de pension a enregistré une hausse de 29 milliards à 919 milliards.

Côté biens immobiliers, les économistes de la BNS attribuent la croissance de 4,6% aux hausses des prix aussi bien des maisons familiales, que des appartements en propriété et des immeubles locatifs. L'accroissement des passifs tient pour l'essentiel à l'expansion des prêts hypothécaires.

Crédits à la consommation stables

Demeurant dynamique, ce marché a vu sa valeur progresser de 24 milliards de francs à 712 milliards. Un dynamisme stimulé ces dernières années par la persistance de taux d'intérêt historiquement bas ainsi qu'un important afflux migratoire, qui a alimenté les craintes de bulle immobilière dans certaines régions.

Toujours en matière d'endettement, les crédits à la consommation sont demeurés stables entre 2012 et 2013 à 15 milliards. La catégorie des autres crédits a pour sa part gagné 1 milliard à 29 milliards.

Les données concernant les actifs et les passifs financiers des ménages font partie des comptes financiers de la Suisse, rappelle l'institut d'émission. Celles portant sur le patrimoine immobilier résultent d'une estimation de la BNS.

Pour établir ces états financiers, la banque centrale a pour la première fois utilisé le Système européen des comptes (SEC 2010) comme base méthodologique. La principale modification pour les données des ménages concerne les assurances et avoirs de caisses de pension, seuls les droits individuels des assurés étant désormais inclus.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!