Publié

FranceLe «pays de race blanche» de Morano fait polémique

Sur France 2, l'ancienne ministre a tenu samedi soir des propos qui ont déclenché une vague de critiques et de protestations sur les réseaux sociaux.

Nadine Morano, à l'époque où elle était ministre, sous la présidence de Nicolas Sarkozy.

Nadine Morano, à l'époque où elle était ministre, sous la présidence de Nicolas Sarkozy.

EPA, Keystone

Des propos de l'eurodéputée Nadine Morano (Les Républicains), qui a parlé samedi soir de «la France, un pays de race blanche», ont suscité une polémique et des critiques à gauche, qui se poursuivaient dimanche.

C'est sur le plateau de l'émission «On n'est pas couché», sur France 2, que cette ancienne ministre de Nicolas Sarkozy a déclaré que, «pour qu'il y ait une cohésion nationale, il faut garder un équilibre dans le pays, c'est-à-dire sa majorité culturelle». «Nous sommes un pays judéo-chrétien, le général de Gaulle le disait, de race blanche, qui accueille des personnes étrangères», a-t-elle ajouté. «J'ai envie que la France reste la France et je n'ai pas envie que la France devienne musulmane», a-t-elle poursuivi.

Et l'outre-mer?

Alors qu'on lui demandait comment elle considérait les Antillais n'ayant pas la peau blanche, Nadine Morano a répondu: «Ils ne sont pas Blancs, mais ça n'empêche pas qu'ils sont français puisqu'ils appartiennent aux territoires d'outre-mer.»

«La France est un pays à majorité de race blanche, judéo-chrétien et qui, dans son ouverture universelle, c'est sa grandeur (...) a accueilli des personnes venant d'autres pays», a encore dit celle qui compte être candidate à la primaire de la droite et du centre en vue de 2017.

Face à des réactions choquées sur le plateau de l'émission, Nadine Morano a rétorqué entre autres que le mot race était «dans le dictionnaire», mais a récusé tout encouragement au racisme.

Vives réactions

Ses déclarations ont déclenché les critiques d'élus de gauche et d'internautes, dont les tweets de Yann Galut, député PS ou de Ian Brossat, adjoint PCF à la ville de Paris:

«C'est du racisme. La France est d'abord républicaine et la République ne distingue pas entre les races, ni entre des couleurs de peau», a déclaré dimanche le secrétaire national du PS, Julien Dray, sur l'antenne de Radio J. Ce vice-président de la région Ile-de-France a pointé «une défaite idéologique: on peut dire cela sur un plateau de télévision».

Le député PS Alexis Bachelay s'en est pris plus directement à l'animateur de l'émission, toujours sur Twitter:

A l'inverse, la présidente du FN a défendu dimanche Nadine Morano. «Elle citait des propos du général de Gaulle, n'allons pas chercher des polémiques là où il n'y en a pas», a déclaré Marine Le Pen, lors du «Grand Jury» animé par «Le Figaro», RTL et LCI.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!