Actualisé

Partis politiquesLe PDC et le PBD se rapprochent mais ne fusionnent pas

Les deux partis ont annoncé qu'ils allaient intensifier leur collaboration. Cette coopération aura pour champ d'action le Parlement et les votations fédérales. Elle est prévue pour se poursuivre au-delà de 2015.

Martin Landolt et Christophe Darbellay, devant la presse ce jeudi.

Martin Landolt et Christophe Darbellay, devant la presse ce jeudi.

Keystone

Le centre droit veut se renforcer. Mais pas au prix d'une fusion. Le PDC et le PBD ont annoncé jeudi qu'ils allaient seulement intensifier leur collaboration. Cette coopération aura pour champ d'action le Parlement et les votations fédérales. Elle est prévue pour se poursuivre au-delà de 2015.

Les travaux initiés par un groupe de travail en février dernier ont montré que la base n'était pas favorable à une fusion, a déclaré Martin Landolt, président du PBD. Sans compter que dans plusieurs cantons, les deux partis sont parfois en concurrence comme à Soleure.

Interrogé sur l'impact de cette nouvelle plateforme sur le Conseil fédéral, le président du PDC Christophe Darbellay est resté circonspect. «Il n'y a rien de plus rien de moins qu'une collaboration renforcée», a-t-il dit. Quant à une revendication future pour deux sièges au gouvernement, il a répondu que pour l'heure aucune démission n'était à l'ordre du jour.

Les deux conseillères fédérales Doris Leuthard et Eveline Widmer- Schlumpf ont été tenues au courant du processus de rapprochement. Il est clair qu'au vu des enjeux importants dans leur département respectif, cette alliance vise à former des majorités renforcées au Conseil fédéral, a précisé le président du PDC.

Le point en 2016

La collaboration entre les deux partis est mise en oeuvre immédiatement. L'alliance sera menée à trois niveaux. Au Parlement, les PBD et PDC mèneront des séances de coordination sur les sujets importants. Aucun groupe commun ne sera formé au National, mais au Conseil des Etats, le PBD bernois Werner Lunginbühl rejoindra les treize PDC.

Pour les votations fédérales, les deux formations feront campagne commune si elles défendent la même position. Des apparentements de listes seront fixés pour les élections fédérales de 2015.

Les deux partis feront le point au printemps 2016 tout en espérant d'ores et déjà poursuivre au-delà cette nouvelle alliance. Une coalition qui n'est d'ailleurs pas hostile à d'autres partis du centre. «J'ai toujours entretenu d'excellentes relations avec mes ex», a lancé sur le ton de la plaisanterie Christophe Darbellay.

«Il y a encore pas mal d'alliances contre-nature sous la Coupole», a-t-il ajouté, dans un appel du pied non dissimulé aux Vert'libéraux qui ont choisi de «voler de leurs propres ailes» ou au PLR qui privilégie la «voie solitaire». Dans cette nouvelle constellation, le PEV reste partenaire à part entière du PDC.

(ats)

Votre opinion