Actualisé 16.11.2018 à 15:02

Course au Conseil fédéralLe PDC et le PLR décident de leur ticket ce vendredi

Les groupes parlementaires du PDC et du PLR désignent dans l'après-midi les personnes qu'ils présenteront à l'Assemblée fédérale.

Du côté du PLR, la présence de la favorite, la Saint-Galloise Karin Keller-Sutter, sur le ticket semble acquise.

Du côté du PLR, la présence de la favorite, la Saint-Galloise Karin Keller-Sutter, sur le ticket semble acquise.

Keystone

Le PLR et le PDC franchissent ce vendredi une étape clé pour l'élection au Conseil fédéral. Leurs groupes parlementaires doivent désigner leurs poulains qu'ils présenteront à l'Assemblée fédérale. La taille du ticket et les noms qui y figureront s'annoncent décisifs.

Les deux groupes sont libres de leur choix et bien de considérations stratégiques pèseront dans la balance. Le départ simultané de Doris Leuthard et de Johann Schneider-Ammann à la fin de l'année ouvre le champ des jeux tactiques.

Il est peu probable que le PDC ou le PLR ne retienne qu'une candidature sur leur ticket, les parlementaires n'appréciant guère qu'on leur force la main et les deux formations ne manquant pas de prétendants. En optant pour plus de deux noms, un parti peut éviter de heurter certaines sensibilités à l'interne. Mais cela peut être interprété comme un aveu de faiblesse et risque de disperser les voix.

Question féminine

Le choix des poulains officiels doit aussi être mûrement réfléchi. L'Assemblée fédérale ne doit pas être tentée de se tourner vers un candidat non retenu lors de l'élection le 5 décembre. La question des femmes joue cette fois-ci un rôle très important.

Du côté du PLR, la présence de la favorite, la Saint-Galloise Karin Keller-Sutter, sur le ticket semble acquise. Reste à savoir si le groupe voudra sacrifier à ce stade l'un des deux hommes sur les rangs. Le Nidwaldien Hans Wicki a l'avantage de siéger au Parlement, le Schaffhousois Christian Amsler celui de la fraîcheur.

Les libéraux-radicaux n'ont pas eu d'autre conseillère fédérale qu'Elisabeth Kopp. Ils devront s'arranger pour éviter une option qui pourrait être perçue comme défavorable aux chances de leur unique candidate féminine.

Ouvert au PDC

La situation est plus ouverte chez les démocrates-chrétiens. Avec Viola Amherd (VS), Heidi Z'Graggen (UR), Peter Hegglin (ZG) et Elisabeth Schneider-Schneiter (BL) sur les rangs, le groupe devra éliminer au moins une personne.

Le groupe pourrait être tenté par un ticket 100% féminin. Mais les voix de droite au Parlement pourraient quand même se porter ensuite sur Peter Hegglin. D'autant plus que Viola Amherd, bien placée pour figurer sur le ticket, est considérée comme trop à gauche par certains.

Un ticket réunissant le Zougois et la Valaisanne pourrait avoir des chances de s'imposer. Conseillère d'Etat, Heidi Z'Graggen ne peut pas compter sur sa notoriété au Parlement. Elisabeth Schneider-Schneiter est peu associée à d'autres thèmes que la politique étrangère.

Les tickets à deux sont la règle, à trois l'exception

Deux- Lorsqu'il s'agit d'élire un successeur à un conseiller fédéral, les parlementaires ont d'habitude le choix entre deux candidats officiels.

Dans le passé- Le PDC, l'UDC et le PLR se sont toutefois tournés vers un ticket à trois, respectivement en 1999, 2015 et 2017.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!