04.09.2020 à 18:00

SuisseLe PDC s’appellera Le Centre

Le nouveau nom du PDC Suisse a été présenté ce vendredi par le président du parti Gerhard Pfister lors d’une conférence de presse. Les membres devront se prononcer jusqu’à la fin octobre.

La présidence du PDC propose à sa base d'adopter "Le Centre" comme nouveau nom du parti.

Keystone

Le PDC Suisse devrait s’appeler à l’avenir Le Centre. Il souhaite continuer à jouer un rôle de rassembleur, au moment «où les extrêmes prennent toujours plus de poids», a-t-il souligné vendredi. Le dernier mot reviendra à la base.

«Le Centre» marque à la fois un positionnement et un profil clair, a expliqué devant les médias le président du PDC Suisse Gerhard Pfister. Il entend s’ouvrir à des électeurs qui privilégient le consensus et la recherche de solutions concrètes et pragmatiques plutôt que des positions dogmatiques,

Le nouveau logo du parti s’accompagne d’une parenthèse orange et des valeurs qu’il porte: «liberté, solidarité, responsabilité». En cette période de crise sociale, ces valeurs sont importantes pour la Suisse, a souligné le conseiller aux États jurassien Charles Juillard, vice-président du parti.

Rôle de rassembleur

Gerhard Pfister a rappelé qu’en mathématiques comme en politique la parenthèse sert à «rassembler ce qui a du sens», elle ne se fixe pas sur un contenu établi, mais «reste ouverte aux différents contenus et opinions». Un rôle que veut jouer le PDC.

Quant à la couleur orange, elle a fait ses preuves, c’est une marque forte du parti et elle permet de se distinguer des autres formations politiques.

Dans ce contexte, les deux hommes ont insisté sur le fait que le PDC peut attirer plus que les 11% de voix recueillies lors des dernières élections fédérales. Un sondage publié à la fin juin montrait que son potentiel était de 20%.

Le même sondage montrait que le nom «Le Centre» était jugé comme étant le plus attrayant. Et que 53% des membres du parti estimaient que la référence chrétienne empêche d’attirer de nouveaux électeurs.

Votation interne

Le nouveau nom doit maintenant être soumis aux membres du PDC Suisse. Cette votation interne, la première votation jamais organisée par le parti, se déroulera par courrier jusqu’à la fin octobre. Si le changement de nom est approuvé, la décision devra être avalisée par l’assemblée des délégués le 14 novembre à la majorité des deux tiers.

La direction du parti est consciente qu’il y a des voix critiques. En juin, le conseiller aux États Beat Rieder (PDC/VS) estimait ainsi dans une interview que changer de nom serait «la ruine du parti» et que celui-ci n’avait pas d’avenir sans son «C».

Sections libres

La seconde vice-présidente du parti, Ida Glanzmann (LU), estime toutefois que la solution trouvée peut réunir la base. La direction souligne par ailleurs que le nouveau nom ne s’appliquera qu’au parti national. Les sections cantonales auront le choix d’adopter le nouveau nom ou de garder l’actuel. Elles ont jusqu’en 2025 pour faire leur choix.

«Nous sommes un parti fédéraliste», a souligné Gerhard Pfister. Pour le conseiller national zougois, «un rebranding de A à Z peut fonctionner» dans le domaine de l’économie, mais pas en politique.

Le PDC assure par ailleurs avoir tenu compte des «sensibilités de chaque langue» pour présenter «la meilleure variante» possible: Die Mitte en allemand, Le Centre en français, mais Alleanza del Centro (alliance du centre) en italien et Allianza del Center en romanche.

(ATS/NXP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!