Rapt - Le père de Camille est à Morges pour récupérer sa fille

Publié

RaptLe père de Camille est à Morges pour récupérer sa fille

Enlevée en France en 2011 par sa mère, Camille est placée dans un foyer depuis qu’elle a été retrouvée fin février dans le canton de Vaud.

par
Evelyne Emeri
Alain Chauvet, le père de Camille, a fait le déplacement depuis la France. Il espère beaucoup de l’audience de la Justice de paix du district de Morges fixée ce vendredi matin 18 mars.

Alain Chauvet, le père de Camille, a fait le déplacement depuis la France. Il espère beaucoup de l’audience de la Justice de paix du district de Morges fixée ce vendredi matin 18 mars.

Lematin.ch/Evelyne Emeri

L’adolescente de 16 ans, enlevée par sa mère à l’âge de 5 ans, va-t-elle rester en Suisse, là où sa maman se cachait avec elle depuis de longues années? Va-t-elle rester sous la curatelle provisoire de la Direction générale de l’enfance et de la jeunesse (DGEJ) du canton de Vaud? C’est tout l’enjeu de l’audience qui se tient ce vendredi 18 mars à la Justice de paix du district de Morges.

La petite Camille avait été enlevée par sa mère dans le Var il y a 11 ans.

La petite Camille avait été enlevée par sa mère dans le Var il y a 11 ans.

DR

L’autorité de jugement va devoir déterminer si le placement de Camille est adapté aux circonstances et répond à son intérêt absolu. Ou si elle pourrait repartir avec son père, Alain Chauvet, qui a fait le déplacement depuis la région parisienne avec son avocat, Me Olivier Ferri. Toute la difficulté étant de savoir comment le père et la fille peuvent renouer et se (re)découvrir dans les meilleures conditions possibles après 11 ans de séparation.

«On m’interdit tout»

Ce vendredi matin juste avant l’audience, le papa s’est confié brièvement: «Je veux que sa mère soit transférée en France et reste en prison (ndlr. elle est incarcérée à Lonay depuis son arrestation). Et je veux retrouver ma fille». Il précise qu’il n’a pas pu avoir le moindre contact avec Camille depuis qu’elle a été retrouvée fortuitement lors d’un contrôle routier dans la région de Morges: «On m’interdit tout. Impossible de lui parler ou de savoir où elle se trouve».

Ton opinion