Jouet: Le père des Playmobil est mort

Publié

JouetLe père des Playmobil est mort

Horst Brandstätter est décédé à l'âge de 81 ans. Il travaillait dans la société familiale depuis 1952, où travaillaient déjà ses oncles.

Des millions de figurines pleurent la mort de leur créateur.

Des millions de figurines pleurent la mort de leur créateur.

AFP

Le patron de la marque de jouets Playmobil, Horst Brandstätter, est décédé à l'âge de 81 ans. Il travaillait dans la société familiale depuis 1952, où travaillaient déjà ses oncles. La firme avait été créée en 1908.

«Avec Horst Brandstätter, la famille Playmobil perd non seulement son chef, son propriétaire et son patriarche, mais le secteur du jouet en Allemagne perd aussi l'une de ses personnalités les plus marquantes», a indiqué dans un communiqué Geobra Brandstätter, société qui chapeaute la marque Playmobil.

Rapidement convaincu que l'avenir du jouet était plus tourné vers le plastique que vers le métal, celui qui a suivi une formation de créateur de moules connaît un premier succès économique à la fin des années 50 avec le lancement du Hula-Hoop, ce cerceau en plastique que de nombreuses générations ont fait tourner autour de leur taille.

Premier fabricant de jouets allemand

Mais c'est la crise pétrolière des années 70 qui offrira à l'entreprise de Horst Brandstätter son plus grand succès et la sauvera de la faillite. Face à la hausse du coût du plastique, Horst Brandstätter demande à son concepteur de moules Hans Beck de créer un système de jeu extensible nécessitant un minimum de matières premières. C'est la naissance de la célèbre figure de 7,5 centimètres de hauteur, dont les trois modèles d'origine (Indien, chevalier et ouvrier) ont très vite fait un tabac.

C'est grâce à Playmobil, qui a fêté l'an dernier ses 40 ans, que l'entreprise devient le premier fabricant de jouets allemand, devant le groupe de puzzles et jeux de société Ravensburger. En 2014, son chiffre d'affaires a atteint 595 millions d'euros.

Horst Brandstätter avait préparé sa succession dès les années 90, en créant une fondation qui doit désormais administrer le groupe selon ses volontés.

(AFP)

Ton opinion