Actualisé

Drame de bulle«Le père meurtrier avait un plan»

Le père de famille, qui a abattu ses deux enfants sous les yeux de leur mère dans le canton de Fribourg, n'aurait pas agi simplement sous le coup d'une émotion.

1 / 1
Keystone

Abattre les enfants sous les yeux de leur mère et la laisser en vie: c'était, aux yeux de l'auteur, ce qui pourrait être la punition la plus grave infligée à son amie, explique le psychologue Thomas Spielmanné à l'hébdomadaire Der Sonntag.

Le psychologue de Villigen (AG) estime qu'en Suisse, il faut s'attendre à ce que de tels drames deviennent de plus en plus fréquents à l'avenir. Selon lui, il faut s'y attendre dans une société que l'on veut multiculturelle. Pour les hommes d'autres cultures, cela a un sens totalement différent lorsqu'une femme déclare qu'elle veut quitter son conjoint: «Cela peut devenir tout de suite mortel, comme le montre le cas de Bulle», a mis en garde Thomas Spielmann.

Le bilan du drame familial survenu mercredi dernier à Bulle (FR) se monte à trois morts. La fillette de six ans grièvement blessée par balle est décédée des suites de ses blessures vendredi en fin d'après-midi, selon la police cantonale fribourgeoise. Un bébé de deux mois avait été également tué par ce père de famille portugais de 34 ans qui s'était ensuite donné la mort dans une forêt voisine.

L'arme utilisée par le meurtrier est un revolver de collection, avait précisé la police. C'est à la demande de la mère des enfants, une ressortissante suisse de 23 ans, que la police était intervenue dans son appartement. Elle avait déclaré que le père avait tiré sur leurs deux enfants. Le bébé était décédé sur place mais la fillette grièvement blessée avait été emmenée à l'hôpital.

Le père avait pris la fuite à pied, muni de son arme, avant d'être retrouvé mort dans une forêt voisine. Une dispute entre les deux concubins serait à l'origine du drame. La mère aurait demandé, la veille, au père de quitter le domicile.

(AP)

Votre opinion