Publié

GenèveLe personnel d'ABB Sécheron veut renégocier

Réunis vendredi, les employés demandent à la direction d'ABB de pouvoir renégocier les mesures qui vont toucher les personnes affectées par les licenciements à Meyrin.

Aucun licenciement ne devrait être prononcé en 2018 chez ABB Sécheron à Genève.

Aucun licenciement ne devrait être prononcé en 2018 chez ABB Sécheron à Genève.

Keystone

Le personnel d'ABB Sécheron a envoyé à la direction une demande formelle de renégociation après le plan révisé de restructuration du site genevois annoncé la semaine dernière. De son côté, ABB veut que les partenaires impliqués honorent le processus et la législation en vigueur.

Réuni vendredi, le personnel a dit attendre une réponse d'ici à la semaine prochaine. Le groupe zurichois d'électrotechnique avait précisé début novembre que la quasi totalité de la production de transformateurs de traction allait être délocalisée vers la Pologne. Il y a un mois, le personnel avait ensuite proposé des pistes pour reconvertir le site en pôle d'excellence.

Et il y a une semaine, la direction d'ABB avait annoncé que le nombre de licenciements serait ramené de 100 à 85 et qu'aucun ne serait prononcé en 2018. Elle avait aussi affirmé que le service pour les transformateurs de traction resterait à Genève.

Unia avait déjà souligné que, malgré quelques améliorations, les propositions d'ABB au terme de la consultation lancée début novembre ne répondaient pas aux attentes du personnel et laissaient plusieurs questions ouvertes. Cette position a été validée lors de l'assemblée générale de vendredi, a dit le syndicat.

Présent dans plus de 100 pays

Le personnel doute notamment de l'impact du centre de compétences sur la mobilité durable annoncé par ABB, en l'absence d'engagement concret sur des investissements.

De même, les mesures de formation continue et de reconversion lui semblent trop vagues.

A l'unanimité, le personnel a demandé des clarifications et de nouvelles négociations. Il souhaite la préservation d'un maximum d'emplois et un dispositif d'accompagnement des personnes affectées, notamment l'application du plan social.

De son côté, ABB estime que malgré des conditions de marché difficiles et la pression exercée par la concurrence, l'entreprise a adopté plusieurs des propositions et idées présentées par le conseil d?entreprise. Elle a apporté des «ajustements considérables» afin d'atténuer l'impact pour les employés, notamment en réduisant le nombre de personnes licenciées.

ABB demande donc que les partenaires impliqués oeuvrent en faveur de l'avenir de l'unité, «tout en respectant l'obligation de protéger les intérêts de l'entreprise, de l'ensemble des employés, des clients et des autres parties prenantes».

Le site de Meyrin a pour clients de nombreux constructeurs de trains et de compagnies ferroviaires. ABB Sécheron, lancée en 1879, fabrique aussi des installations fixes de moyenne tension et de services ferroviaires. Et le groupe emploie au total plus de 135'000 personnes, dont 6000 environ en Suisse. Il est présent dans plus de 100 pays.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!