Collombey (VS): Le personnel de la raffinerie demande un effort à Tamoil

Publié

Collombey (VS)Le personnel de la raffinerie demande un effort à Tamoil

Les employés attendent que la direction de Tamoil signe mercredi un plan social conforme à leurs demandes.

1 / 18
Les syndicats Unia et Chretien empechent les camions d'entrer pour s'approvisionner et les trains de sortir de la gare de chargement de Tamoil ce vendredi matin 13 février 2015.

Les syndicats Unia et Chretien empechent les camions d'entrer pour s'approvisionner et les trains de sortir de la gare de chargement de Tamoil ce vendredi matin 13 février 2015.

Keystone
Les syndicats Unia et Chretien empechent les camions d'entrer pour s'approvisionner et les trains de sortir de la gare de chargement de Tamoil ce vendredi matin 13 février 2015.

Les syndicats Unia et Chretien empechent les camions d'entrer pour s'approvisionner et les trains de sortir de la gare de chargement de Tamoil ce vendredi matin 13 février 2015.

Keystone
Les syndicats Unia et Chretien empechent les camions d'entrer pour s'approvisionner et les trains de sortir de la gare de chargement de Tamoil ce vendredi matin 13 février 2015.

Les syndicats Unia et Chretien empechent les camions d'entrer pour s'approvisionner et les trains de sortir de la gare de chargement de Tamoil ce vendredi matin 13 février 2015.

Keystone

Le personnel de la raffinerie de Collombey (VS) demande à direction de Tamoil d'accepter ses demandes pour le plan social. Les employés estiment avoir fait leur travail pour mettre les installations à l'arrêt.

La direction de Tamoil a exprimé sa reconnaissance envers le personnel lors des négociations. «On attend maintenant qu'elle passe du discours aux actes», a déclaré lundi 16 mars le secrétaire du syndicat Unia Blaise Carron.

Les employés ont travaillé sans faille pour raffiner jusqu'au bout. Ils attendent que la direction signe mercredi un plan social conforme à leurs demandes. Ils ont adopté une résolution dans ce sens envoyée à la direction de Tamoil et du groupe Oilinvest qui la chapeaute.

Réel abattement

«Depuis la fin du raffinage, il y a un réel abattement parmi le personnel», constate Blaise Carron. La sérénité n'est pas au rendez-vous. Le personnel ne peut pas maintenir le rythme habituel de travail dans la poursuite du processus de mise à l'arrêt des installations.

La signature du plan social ferait baisser un peu la tension, estime Blaise Carron. Il y aurait au moins une certitude quant à l'avenir, car les employés n'attendent plus grand-chose du côté d'une éventuelle reprise de la raffinerie.

Pour le moment, aucune action particulière n'est envisagée. La résolution votée vendredi se veut un message d'ouverture, dit Blaise Carron.

(ats)

Ton opinion