Publié

PragueLe petit Ashya King va pouvoir suivre son traitement

Le petit Britannique pourra subir la protonthérapie au Proton Therapy Center (PTC) de Prague, après que des examens eurent montré que la tumeur au cerveau dont il souffre ne se propage pas.

Ashya King souffre d'une tumeur maligne qui sort du système nerveux central.

Ashya King souffre d'une tumeur maligne qui sort du système nerveux central.

Keystone

Arrivé lundi à Prague en provenance de Malaga (Espagne), le garçonnet de 5 ans est hospitalisé à Prague-Motol et subira à partir de lundi une protonthérapie au PTC, d'une durée prévue de six semaines.

«Nous avons obtenu une information selon laquelle (la tumeur) ne se propage pas» depuis l'opération d'Ashya King en Angleterre, a affirmé ce mercredi sans davantage de précision Iva Tatounova, une responsable du PTC.

Les médecins des deux établissements coopéreront étroitement pendant le traitement de l'enfant.

Chimio en parallèle

«Le conseil médical de l'hôpital Prague-Motol a confirmé la possibilité de l'irradiation au PTC. La chimiothérapie aura lieu parallèlement», a de son côté indiqué mercredi dans un communiqué l'hôpital Prague-Motol, s'appuyant sur les résultats d'une série d'examens effectués dans cet établissement.

Le communiqué ne mentionne pas la question de la propagation de la tumeur.

«Ashya King souffre d'une tumeur maligne qui sort du système nerveux central», constate le texte. Les médecins de Prague-Motol ont évalué les chances de guérison de l'enfant à 70%, à condition que la tumeur ne se propage pas.

Faisceau de protons

«Nous sommes certes optimistes et croisons les doigts pour Ashya, mais il est trop tôt pour faire un quelconque pronostic», a souligné dans le communiqué le Dr Martin Holcat, un responsable de Prague-Motol, ministre tchèque de la Santé entre juillet 2013 et janvier 2014.

La protonthérapie, qui n'est pas disponible en Grande-Bretagne, consiste à détruire les cellules cancéreuses en les irradiant avec un faisceau de protons, focalisé sur les lésions et épargnant ainsi les tissus sains.

Accompagné de ses parents qui l'avaient récemment fait sortir sans autorisation d'un hôpital britannique avant de le transporter à Malaga, le garçon était pour la première fois arrivé au PTC pour des examens mardi.

Considérant que le traitement suivi par leur enfant dans un hôpital de Southampton (sud de l'Angleterre) était trop agressif, ses parents ont décidé de lui faire suivre une protonthérapie à Prague.

(AFP)

Votre opinion