Publié

Voile«Le petit Suisse est énervé comme jamais»

Le skipper genevois Alan Roura vous emmène avec lui pour son deuxième Vendée Globe au travers de sa chronique régulière pour «LeMatin.ch».

par
Alan Roura

Bonjour à tous, ici le petit Suisse en mer. Ces derniers jours n'ont pas été très drôles pour moi. Une phase sans vent qui m’a fait perdre beaucoup sur l'ensemble de la flotte. Dur à accepter, mais c'est la difficile loi de la voile: sans vent, compliqué de faire avancer le bateau. J’ai retourné dans ma tête 50 fois cette question: pourquoi? J’ai cru bien faire, j’ai suivi les fichiers météo, mais tout était faussé. Je me suis fait bloquer…

Maintenant, il faut en sortir et reprendre la course, alors que les autres ont pris une avance considérable. Je ne lâche rien, rien n’est joué même si le moral est au plus bas. J’ai Stéphane Le Diraison qui va sûrement me passer devant, c'est sûrement ça qui me fait le plus mal.

Je ne peux pas avoir plus de surface de voile dans les airs, j'ai tout mis à poste. Je pousse La Fabrique au maximum pour revenir dans le match. Au fond de moi, je suis dégoûté, mais d’autres sont aussi passés par là et se sont fait avoir aussi. Là, je n'ai pas la puissance pour rapidement remonter les autres, il va donc falloir la jouer fine sur la stratégie de course et aller chercher le vent là où les autres n'oseront pas pousser leurs bateaux.

Dans la nuit de lundi à mardi, Kevin Escoffier a été récupéré par Jean Le Cam. Un marin récupéré par un autre. Son bateau est à la dérive au milieu du grand Sud. Il faut donc rester positif: je suis toujours en course. Et même si j'ai un petit moment de doute sur moi-même, je sais que j'ai les capacités pour faire un joli Vendée Globe. Alors accrochez vos ceintures, le petit Suisse est énervé comme jamais et va tout faire pour remonter au classement.

J’ai trouvé ma petite routine à bord: manger, régler, dormir, stratégie, bref un vrai loup de mer solitaire. Je repousse le moment où il va falloir mettre les bottes, je suis pieds nus de jour comme de nuit, bien que les nuits commencent à être fraîches. C'est ma petite torture pour me faire payer ces derniers jours.

Sinon, suite à ma fuite d’huile au niveau du vérin hydraulique de quille, j’ai pu remettre en ordre et nettoyer tout l'intérieur du bateau et enlever l'huile qui avait giclé partout. Je suis à 100% de mon potentiel et de celui de La Fabrique, je vais devoir pousser à 150.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
2 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Fan de voile

01.12.2020 à 20:08

Bonne chance à toi, en espérant que l'on puisse dire "hip hip hip Roura" à la fin.