Suisse - Le PLR propose à l’UDC de quitter le Conseil fédéral
Publié

SuisseLe PLR propose à l’UDC de quitter le Conseil fédéral

La présidente du PLR, Petra Gössi n’a pas apprécié que l’UDC menace les deux ministres PLR dans la lutte contre le Covid. Elle demande à l’UDC d’être «cohérente» et d’abandonner le gouvernement.

par
Christine Talos
La présidente du PLR, Petra Gössi, hausse le ton face à l’UDC.

La présidente du PLR, Petra Gössi, hausse le ton face à l’UDC.

Tamedia AG

Les mesures de restrictions contre la pandémie sont au cœur d’un clash entre les deux partis de droite. Après des menaces de l’UDC de s’en prendre aux sièges des deux représentants PLR au Conseil fédéral (Karin Keller-Sutter et Ignazio Cassis), la présidente du parti, Petra Gössi a haussé le ton. Lundi soir lors de l’assemblée extraordinaire des délégués du parti, elle a carrément proposé au premier parti du pays de quitter le gouvernement. «Si l’UDC veut mener une politique d’opposition pure, elle doit être cohérente et quitter le Conseil fédéral, a-t-elle déclaré, selon «20 Minuten».

Que s’est-il passé? Dimanche, le président de l’UDC Marco Chiesa a tenté de faire pression sur le PLR pour obtenir des assouplissements dans la crise du Covid-19 lors de la séance du Conseil fédéral de demain mercredi. Et il a menacé le parti dans une vidéo sur Twitter. Selon lui, si le PLR continue de reculer dans l’électorat en raison de son «alignement constant sur la gauche», son 2e siège au gouvernement en 2023 ne sera plus justifié, «ni arithmétiquement, ni politiquement» puisque «le PLR ne représente plus aucune position de la classe moyenne au Conseil fédéral. tant sur la politique anti-Covid que l’accord-cadre avec l’UE ou la loi sur le CO₂», critique-t-il. L’UDC exige donc que les conseillers fédéraux PLR «adoptent enfin une ligne politique claire et raisonnable».

Les propos du Tessinois ne sont pas du gout de Petra Gössi. Pour elle, le discours de Marco Chiesa montre surtout l’ignorance du président de l’UDC et de son parti du fonctionnement du Conseil fédéral - et ce malgré la présence de ses deux représentants au sein du collège. «Un Conseil fédéral n’est pas le siège d’un parti. Le Conseil fédéral ne prend pas ses décisions par trois ou quatre voix, mais en trouvant des consensus», a déclaré la présidente schwytzoise.

Petra Gössi admet que les vaccinations progressaient trop lentement. Et elle n’apprécie pas non plus les mesures restrictives toujours imposées. Mais elle s’oppose aux attaques «populistes et irrespectueuses» de l’UDC contre les représentants du Conseil fédéral. «Mais nous savons que la provocation est l’outil de travail de l’UDC». Enfin, la présidente du PLR riposte: «personnellement, je serais très déçue si notre président de la Confédération Guy Parmelin, qui dirige l’ensemble du Conseil fédéral et peut donc aussi influencer directement les décisions du collège, partageait les accusations de Marco Chiesa».

Votre opinion

115 commentaires