11.08.2012 à 23:01

Affaire VaroneLe PLR valaisan a une pierre dans le soulier

Manœuvres, menaces, blogs anonymes et adhérents douteux: la campagne du PLR valaisan pour les élections cantonales du printemps prochain est lancée. Mais au lieu d’en découdre avec les démocrates-chrétiens ou l’UDC, les radicaux libéraux s’écharpent tout seuls.

von
Benoît Couchepin
La mésaventure de Christian Varone fait beaucoup spéculer certains politiques.

La mésaventure de Christian Varone fait beaucoup spéculer certains politiques.

Keystone

«Pour pouvoir devenir conseiller d’Etat en Valais, il faut parler le français, l’allemand… et si possible maîtriser le turc.» C’est une boutade évidemment, mais elle circule dans les rangs du Parti libéral-radical (PLR) valaisan et révèle assez bien les inquiétudes autour de la candidature de Christian Varone. En cause, la mésaventure du policier, et le fait que la fameuse pierre demeure à ce jour invisible. «J’ai encore eu une discussion mardi avec Christian Varone, justifie Georges Tavernier, président du parti. Il m’assure que contrairement à ce que dit son avocate, il n’a jamais interdit qu’on montre la pierre.» Il s’agirait donc d’un malentendu entre un client et son avocate. Mais ce malentendu est bien ennuyeux: tôt ou tard, on verra la pierre et s’il apparaît que le caillou était aisément reconnaissable comme antiquité, alors «Varone devra inévitablement se retirer», admet un ancien élu du parti. «Faux, rétorque Adolphe Ribordy, pilier PLR et rédacteur en chef du journal radical. Ce n’est quand même pas le pays du génocide arménien qui va nous donner des leçons de morale…» Le président Tavernier est plus mesuré: «Tout dépend de l’intention délictueuse ou non de Christian Varone. Il me dit qu’il n’y en a pas et je lui fais confiance.» Une confiance qui nécessite malgré tout de resserrer les boulons à l’interne. La séance du comité directeur du parti, initialement prévue le 23 août pour préparer l’assemblée générale du 6 septembre, a été avancée à ce lundi. Et ça s’explique. Outre l’affaire Varone, il y a aussi de curieuses et massives inscriptions de nouveaux adhérents – entre 500 et 1000 – en vue de l’assemblée générale de désignation du candidat au Conseil d’Etat. «On contrôlera tout», assure-t-on au parti.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!