Hockey sur glace - «Le plus dur a été de dire au LHC que je ne resterais pas»
Publié

Hockey sur glace«Le plus dur a été de dire au LHC que je ne resterais pas»

Christoph Bertschy sera un Dragon dès 2022. L’actuel attaquant du Lausanne HC est revenu sur son transfert choc à FR Gottéron, où il a signé un contrat de sept ans.

par
Cyrill Pasche
L’international helvétique quittera le LHC en fin de saison. Il s’est engagé pour sept ans avec FR Gottéron. 

L’international helvétique quittera le LHC en fin de saison. Il s’est engagé pour sept ans avec FR Gottéron.

Claudio Thoma/freshfocus

Au bout du fil, Christoph Bertschy n’a pas l’air malheureux. Et on le comprend: l’international suisse du Lausanne HC vient de signer un méga contrat de sept ans (!) dans son club formateur, FR Gottéron, valable à compter de 2022. Une entente d’une valeur globale de «quatre à cinq millions de francs» selon les dires du directeur sportif et entraîneur des Dragons, Christian Dubé, cité dans La Liberté. Des chiffres vertigineux, certes, mais qui reflètent avant tout la valeur actuelle du joueur sur un marché helvétique qui ne se porte visiblement pas moins bien qu’avant la pandémie de Covid.

Mercredi après-midi, Christoph Bertschy était disponible par téléphone pour évoquer son transfert à Fribourg, «avant de tourner la page jusqu’à la saison prochaine et de ne penser qu’au LHC jusqu’au terme du présent championnat», a précisé le futur Dragon.

Christoph Bertschy, cette rencontre téléphonique avec les médias, est-ce une initiative de votre futur club, FR Gottéron?

Pour éviter que cette histoire de transfert ne revienne sans cesse durant la saison, j’ai proposé à FR Gottéron de faire un point presse mercredi après-midi. C’est une façon d’évoquer une dernière fois mon départ pour Fribourg la saison prochaine et de tourner la page. Après, on n’en parle plus.

Vous avez géré votre transfert et les modalités de votre prochain contrat vous-même, sans l’aide d’un agent de joueurs. C’est dur comme job?

S’occuper de tout cela seul, c’est du stress en plus, c’est certain. C’est un processus que j’avais envie de faire un jour par moi-même. Comme j’étais dans une position plutôt confortable, c’est à dire que mon statut et ma valeur sur le marché me permettent de renoncer aux services d’un agent, je me suis lancé. Pour ce qui est des détails, ou des assurances et ce genre de choses, j’avais des personnes de confiance dans mon entourage familial qui auraient pu m’aider, si nécessaire.

Pourquoi avoir attendu que le championnat ait déjà commencé pour signer un contrat avec votre nouvelle équipe?

À la base, je voulais prendre une décision beaucoup plus tôt. Après le camp d’entraînement du mois d’août. Mais le processus a pris beaucoup plus de temps que ce que je pensais. Il y a eu beaucoup de coups de fil, de rendez-vous et d’entretiens, notamment avec Petr Svoboda, avant d’arriver à une décision finale. Pendant longtemps, j’ai hésité, je n’étais pas sûr de ce que je voulais vraiment faire.

Qu’est-ce qui a été le plus difficile pour vous dans tout ce processus?

De dire au LHC que je ne resterais pas. Je l’ai annoncé en personne à Petr Svoboda. Ce n’était pas facile, mais il a bien réagi. Il m’a envoyé par la suite un message pour me remercier de le lui avoir dit en face et d’avoir été honnête avec lui. Ce n’était pas un choix contre Lausanne, mais un choix très personnel. Petr a bien compris quelles étaient mes motivations.

Maintenant que vous avez signé à Fribourg dès 2022, êtes-vous vraiment certain que vous allez terminer la saison en cours à Lausanne?

C’est une des choses dont nous avons parlé lorsque je lui ai annoncé que je partirais en fin de saison. J’ai dit à Petr Svoboda que je voulais rester au LHC et aller au bout de mon contrat.

Et vous êtes réellement confiant de terminer la saison sous le maillot des Lions? Parce que l’histoire démontre quand même que Petr Svoboda ne se gêne pas de transférer des joueurs même s’ils ont des contrats valables…

Il m’a dit qu’il respecterait mon choix. J’ai confiance en sa parole. Tous les deux, nous avons toujours eu une bonne communication. Je ne vois pas pourquoi cela changerait maintenant que je me suis engagé avec Fribourg dès la saison prochaine. On n’est jamais certain de rien, je le concède. Disons que je suis sûr à 99% de pouvoir aller au bout de mon contrat avec le LHC…

Dans le communiqué publié dimanche par FR Gottéron, il est question de votre motivation à gagner un titre avec les Dragons. Rassurez-nous, vous avez toujours prévu d’en gagner un aussi avec le LHC?

À l’époque, j’avais signé un contrat de quatre ans avec Lausanne. Je suis venu au LHC pour gagner. Cela n’a pas changé. Il me reste peu de temps désormais, mais mes ambitions n’ont pas changé. Si je vais gagner un titre aussi avec Fribourg? Ce sera l’objectif, oui, mais on verra ça plus tard…

À quel accueil vous attendez-vous de la part de fans du LHC, vendredi contre GE Servette, à l’occasion de votre premier match à domicile depuis l’annonce de votre départ? Vous avez même dû rassurer les fans lausannois concernant votre motivation à porter le maillot des Lions sur le site internet du club…

Je ne m’attends pas à ce qu’on m’applaudisse, mais je ne m’attends pas non plus à ce que l’on me siffle. Je peux comprendre si des gens sont déçus que je parte en fin de saison. Mais j’espère aussi que tout le monde comprend mon choix, qui n’était pas orienté contre le LHC. Je vais tout donner pour le LHC jusqu’au dernier jour de mon contrat. Je le répète, je suis venu à Lausanne pour gagner.

Votre opinion