Tessin: Le policier qui a abattu son ex-femme et son ami était «calme»
Actualisé

TessinLe policier qui a abattu son ex-femme et son ami était «calme»

Au lendemain du double homicide de Giubiasco (TI) suivi du suicide du tueur, son collègue de la police cantonale témoigne.

par
LeMatin.ch
Le policier tessinois venait de prendre sa retraite. Dimanche après-midi, il est entré dans l'établissement où travaillait son ex-femme. Son nouveau compagnon s'y trouvait également. Il les a abattus froidement avec son arme à feu.

Le policier tessinois venait de prendre sa retraite. Dimanche après-midi, il est entré dans l'établissement où travaillait son ex-femme. Son nouveau compagnon s'y trouvait également. Il les a abattus froidement avec son arme à feu.

Keystone

L'homme qui parle a côtoyé le double meurtrier durant des années. Tous deux étaient policiers à la police cantonale. Aujourd'hui à la retraite comme le tueur de 64 ans depuis peu, il raconte sa stupeur, le choc ressenti, son incompréhension et sa tristesse sur le site de RSI: «Je le connaissais depuis toujours. Nous avons fait partie du premier groupe anti-terrorisme, on se voyait aussi à la Fédération (ndlr. des fonctionnaires de police) ainsi qu'au siège à Bellinzone.»

«Je n'aurais jamais pu l'imaginer»

«C'était quelqu'un de très calme, de réfléchi. Pas violent. Sportif. Ce qui est arrivé m'a vraiment surpris. Je n'aurais jamais pu l'imaginer. Pour moi, c'est vraiment difficile. Je connaissais bien aussi les deux victimes. Ils allaient s'installer ensemble», poursuit l'ancien collègue du policier qui a visé et tué son ex-femme et son ami dimanche vers 14h à «L'Osteria degli Amici» à Giubiasco (commune de Bellinzone). Deux balles de pistolet pour la Suissesse âgée de 47 ans qui travaillait comme serveuse dans cet établissement public de la Piazza Grande. Deux autres balles pour son compagnon, le directeur de la Cave à vins de la localité. Il avait 60 ans.

Un acte prémédité

«Leur relation durait depuis un an. Mon frère était très heureux. Nous sommes très famille. On se réunissait souvent. Et maintenant que va-t-il rester?» Ce second interlocuteur n'est autre que le frère du sexagénaire tombé sous les balles de l'ex-mari. Il témoigne dans La Regione. Visiblement, personne n'a su capter la détresse de cet agent aux excellents états de service ou anticiper son acte perpétré sans hésitation pour abattre le couple avant de retourner son arme contre lui.

Appel à témoins

«Nous nous entendions très bien. On s'était vus à la cave il y a quelques jours. Rien n'indiquait l'existence d'un problème grave au point de pousser l'ex-mari à agir ainsi. Mon frère était une personne tranquille, non violente par nature. Et il est mort, abattu par un coup de feu.» Une enquête a été ouverte. Elle est diligentée par le procureur Roberto Ruggeri. A ce stade de l'instruction qui démarre, le magistrat ne souhaite pas encore commenter le double homicide de dimanche après-midi. Un appel à témoins a été lancé pour reconstituer le déroulement exact de cette tragédie.

Evelyne Emeri

*Les témoins éventuels peuvent contacter la police cantonale au 0848 25 55 55.

Votre opinion