Actualisé 03.05.2013 à 22:33

Crise de la detteLe Portugal va couper sévèrement dans les dépenses publiques

Lisbonne compte repousser d'un an l'âge de la retraite, à 66 ans, et allonger la journée de travail des fonctionnaires.

Pedro Passos Coelho, lors de son discours à la nation.

Pedro Passos Coelho, lors de son discours à la nation.

Keystone

Le Premier ministre portugais a dévoilé une série de mesures pour réduire les dépenses publiques et satisfaire aux exigences des créanciers internationaux du Portugal.

Dans un discours à la nation, Pedro Passos Coelho a annoncé vendredi soir le report de l'âge du départ à la retraite à taux plein à 66 ans et un projet de contribution spéciale sur les pensions de retraite qui épargnera les plus modestes.

Pedro Passos Coelho a également affirmé son intention d'allonger le temps de travail des fonctionnaires de 35 à 40 heures en vigueur dans le secteur privé. Le gouvernement souhaite aussi le départ volontaire de quelque 30'000 fonctionnaires dans ce pays qui en compte près de 700'000.

«Les mesures que je viens d'annoncer représentent, dans leur ensemble, environ 4,8 milliards d'euros (5,8 milliards de francs) à l'horizon 2015», a-t-il précisé.

«Hésiter maintenant porterait un coup à la crédibilité que nous avons déjà reconquise», a souligné le Premier ministre. Il a souligné que ces mesures visent à éviter un deuxième plan de sauvetage financier.

Programme de rigueur

En mai 2011, le Portugal s'est engagé à mettre en oeuvre un programme de rigueur et de réformes exigeant sur trois ans. Cela en échange d'un prêt de 78 milliards d'euros (95,3 milliards de francs) accordé par l'Union européenne et le Fonds monétaire international.

L'adoption de ces mesures est nécessaire pour que le Portugal obtienne une nouvelle tranche d'aide de 2 milliards d'euros (2,4 milliards de francs) de ses bailleurs de fonds, représentés par la «troïka» soit l'Union européenne (UE), le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque centrale européenne (BCE).

Pas de hausse d'impôts

Le gouvernement avait déjà présenté les grandes lignes de son plan, précisant en particulier qu'il entendait réaliser 4,7 milliards d'euros d'économies entre 2014 et 2016. Il entend également remplacer les mesures d'un montant de 1,3 milliard d'euros rejetées début avril par la Cour constitutionnelle.

«Nous n'allons pas augmenter les impôts pour corriger le problème budgétaire découlant de la décision de la Cour constitutionnelle», a assuré M. Passos Coelho Et de conclure que «le chemin doit passer par la réduction structurelle des dépenses publiques».

Déficit public

Les plans d'austérité successifs adoptés jusqu'ici ont plongé l'économie portugaise dans la récession et poussé le chômage à des taux record. Ils ont suscité un fort mécontentement populaire et un isolement croissant de la coalition au pouvoir depuis deux ans.

Le Portugal doit ramener son déficit public à 5,5% du PIB cette année, après 6,4% en 2012, alors que le pays subit sa pire récession depuis les années 1970.

(ats/afp)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!