Football: Le poteau gauche, nouveau pote de Yann Sommer

Actualisé

FootballLe poteau gauche, nouveau pote de Yann Sommer

Borussia Mönchengladbach a battu le Bayern Munich 2-1 samedi soir. Le gardien suisse s'est découvert un nouvel ami...

par
Renaud Tschoumy

En vidéo: la déviation de Yann Sommer sur son poteau gauche à la 66e minute du match.

Une image, forte. On est à la 66e minute du match, et Borussia Mönchengladbach mène 2-0 contre le Bayern Munich. Yann Sommer, le gardien suisse de Gladbach, est couché, le ballon entre ses bras, face à son poteau gauche. Il le regarde, il lui sourit.

Il vient de dévier du bout des doigts une frappe de Coman, qui a rebondi sur le montant, puis sur l'arrière de son bras, avant qu'il ne parvienne à maîtriser le ballon de la main gauche. Précision: Sommer avait déjà été sauvé par le même poteau gauche à la 43e minute, sur une reprise de l'attaquant polonais du Bayern Robert Lewandowski.

Le portier de Gladbach a fini par encaisser un but à la 74e minute, sur une frappe directe de Vidal. Et cette fois, le bout des doigts n'a pas suffi.

«Okay, je pars peut-être un peu tard sur cette frappe, dira Sommer au micro de Sky Sports Bundesliga. Mais Lewandowski pouvait dévier le ballon, et il a retiré sa jambe au dernier moment. Après tout, ça m'est égal, on a gagné, c'est le principal.»

Car les «Fohlen» ont tenu leur 2-1 jusqu'au bout, mettant ainsi fin à la série de leur ancienne icône Jupp Heynckes. Depuis que ce dernier – qui, rappelons-le, est né à Mönchengladbach il y a 72 ans - a repris le club bavarois, il a aligné neuf victoires en autant de parties. Pour tomber sur le terrain de ses anciens exploits (c'était au siècle passé, dans les années 60 et 70).

«On a parfois eu de la chance»

Gladbach a donc relancé le championnat. Il ne pointe qu'à cinq points du Bayern (comme Schalke 04), et le RB Leipzig n'est qu'à trois points du leader.

«On a parfois eu de la chance, c'est vrai, a admis Yann Sommer devant la caméra allemande. Mais il en faut un peu, si on veut gagner ce genre de matches. On savait qu'on aurait peu d'occasions, et on a su les utiliser. Après, on a réussi à très bien défendre sur leurs longs ballons.»

Radieux, le gardien suisse a pris congé en se réjouissant de la soirée qu'il allait passer: «Je vais savourer cette victoire comme toutes les autres. Mais il est vrai que c'est tout de même particulier. Mes parents sont présents, on va donc passer un bon moment ensemble.»

Et, c'est sûr, toute la famille Sommer aura eu une pensée pour le poteau gauche, le nouveau pote de Yann.

Les quatre Suisses sur le terrain

Ton opinion