Publié

Canton de FribourgLe prédicateur islamiste est persona non grata

Le prédicateur saoudien Mohammed Al-Arifi ne pourra pas participer à la deuxième conférence annuelle du Conseil central islamique suisse samedi à Granges-Paccot (FR).

L'Office fédéral des migrations (ODM) lui a interdit l'entrée en Suisse et dans l'espace Schengen.

Le préfet de la Sarine, Carl-Alex Ridoré, a informé jeudi le Conseil central islamique suisse (CCIS) de cette décision prononcée mercredi par l'ODM. Le préfet a par conséquent ordonné le retrait du prédicateur de la liste des orateurs prévus lors de la manifestation, a indiqué la préfecture dans un communiqué de presse.

Le Conseil central islamique suisse (CCIS) a regretté de son côté que Mohammed Al-Arifi ne puisse pas participer à son rassemblement samedi à Granges-Paccot (FR). Il a jugé la mesure disproportionnée.

Invité surprise

La conférence se tiendra comme prévu, a indiqué le CCIS dans un communiqué. Ce dernier a fait remarquer que Mohammed Al-Arifi n'était qu'un parmi 14 orateurs. Il sera remplacé par un «invité surprise adéquat». Les organisateurs de la conférence attendent 2000 à 2500 visiteurs.

En accordant le 19 novembre dernier son feu vert à la tenue de la conférence du CCIS à Granges-Paccot, le préfet l'avait assorti de réserves. Il avait transmis le dossier de cet orateur saoudien à l'ODM.

Outre les conditions usuelles pour toute grande manifestation, Carl-Alex Ridoré avait émis des directives exigeant de l'organisateur et de tous les intervenants le respect strict de l'ensemble des prescriptions de l'ordre juridique suisse.

Coups «light»

L'annonce de la tenue de cette conférence et la venue de Mohammed Al-Arifi en particulier n'a pas manqué de faire des vagues dans le canton de Fribourg. Il a beaucoup été question d'une vidéo visible sur YouTube dans laquelle l'homme explique comment corriger son épouse de manière «light» sans lui amocher le visage.

Le CCIS avait rejetté les reproches contre Mohammed Al-Arifi. Selon lui, l'allégation selon laquelle il justifierait la violence contre la femme est complètement fausse. Il a la réputation d'être un défenseur décidé des droits de la femme dans le monde islamique, avançait-il. «C'est aussi pour cette raison que le prédicateur de TV célèbre jouit d'une grande popularité notamment chez les femmes musulmanes», écrivait-il dans un communiqué.

Polémique

L'UDC avait dégainé la première. Tout en se montrant consciente que la liberté d'expression prévaut en Suisse, l'UDC cantonale a jugé «inadmissible» que les autorités cautionnent «d'une manière ou d'une autre» la présence du prédicateur saoudien. Le PDC avait rapidement réagi dans le même sens.

Le PCS s'est également montré préoccupé que puissent se tenir à Forum Fribourg «des discours si inadaptés aux efforts de l'intégration fournis chaque jour par tant d'hommes et de femmes de ce pays». A son avis, les discours de Mohammed Al-Arifi n'apportent aucune réponse aux attentes de la communauté musulmane résidant en Suisse.

(ats)

Ton opinion