22.06.2019 à 01:38

FranceLe préfet du Nord devra aider des migrants

Les autorités de la région Nord devront installer des douches et des sanitaires près d’un gymnase où dorment 700 migrants.

Des migrants à Grande-Synthe, en août 2018.

Des migrants à Grande-Synthe, en août 2018.

AFP

Le Conseil d'Etat, la plus haute juridiction administrative française, a ordonné vendredi aux autorités régionales du Nord de la France d'installer des points d'eau, douches et sanitaires dans un gymnase autour duquel vivent quelque 700 migrants. Elles doivent également les informer de leurs droits.

Le préfet de la région a huit jours pour installer ces équipements «en nombre suffisant», et «mettre en place des maraudes d'information (...), à l'occasion desquelles des documents dans les langues principales, dont le Sorani, seront remis aux migrants pour les informer de leurs droits», indique l'ordonnance du Conseil consultée par l'AFP.

Le Conseil avait été saisi par neuf associations, ainsi que par la commune de Grande-Synthe où se trouve le gymnase. Elles voyaient dans les «conditions de vie» de ces migrants et «l'inaction» de l'Etat une «violation de leurs droits fondamentaux».

«Équipements sanitaires insuffisants»

«Depuis plus de dix ans, de très nombreux migrants», souhaitant rejoindre l'Angleterre, sont présents à Grande-Synthe et dans un bois voisin, constate le Conseil, qui rappelle qu'en décembre 2018, la commune «a décidé, contre l'avis de l'Etat», d'ouvrir un gymnase pour les accueillir.

Il appartient aux autorités de veiller «à ce que le droit de toute personne à ne pas être soumise à des traitements inhumains ou dégradants soit garanti», soulignent les membres du Conseil, jugeant que «les équipements sanitaires du gymnase (...) sont manifestement insuffisants». Une telle situation constitue «une carence» dans les missions de l'Etat, conclut le Conseil.

Dans un communiqué, le préfet du Nord «prend acte» de cette décision. Il souligne toutefois que l'ordonnance «écarte de nombreux points» soulevés par les requérants, rejetant par exemple leur demande de suspendre les expulsions de migrants ou de mettre en place à Grande-Synthe des structures d'hébergement d'urgence.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!