Actualisé 06.10.2020 à 18:10

CyclismeLe premier sprint du Giro s’est joué à quelques millimètres

Le Français Arnaud Démare s’est imposé d’un cheveu mardi lors de la 4e étape du Tour d’Italie.

Le champion de France (en bas sur la photo finish) a lancé son vélo sur la ligne pour gagner.

Le champion de France (en bas sur la photo finish) a lancé son vélo sur la ligne pour gagner.

DR

Premier sprint, première victoire pour Arnaud Démare: le champion de France a remporté d’extrême justesse, mardi à Villafranca Tirrena en Sicile, la 4e étape du Giro, désormais privé du Gallois Geraint Thomas, le vainqueur du Tour de France 2018.

Pellaud à l’avant

«C’est super, la chance est avec moi», s’est félicité Démare qui a jeté son vélo sur la ligne pour précéder, d’un écart infime, le Slovaque Peter Sagan, déjà deuxième dimanche à Agrigente. «Même à la maison, je m’entraîne à jeter le vélo», a souri le champion de France, qui a répondu présent à son premier rendez-vous dans le Giro, le premier sprint massif de l’épreuve, après avoir dû donner un violent coup de frein à l’approche des deux derniers kilomètres à cause d’un chien sur le bord de la chaussée.

Sur le lungomare de Villafranca Tirrena, à distance des îles éoliennes, l’étape a notamment été marquée par une longue échappée de Simon Pellaud. Le Valaisan a été désigné le coureur le plus combatif du jour.

Au final, trois coureurs ont terminé quasiment sur la même ligne. Outre Démare et Sagan, l’Italien Davide Ballerini s’est mêlé à un sprint atypique, privé du Colombien Fernando Gaviria, distancé en cours d’étape à la suite de l’accélération des hommes de Sagan.

Atypique? L’Australien Miles Scotson, l’un des coureurs du «train» de l’équipe Groupama-FDJ, a relancé fort et a fait le trou à l’entrée de la longue ligne droite d’arrivée (750 m). Pourchassé par les équipiers de l’Italien Elia Viviani, il a tenu jusqu’aux 400 mètres avant que l’Italien Jacopo Guarnieri lance le sprint pour Démare.

Démare a signé le 66e succès français depuis la création du Giro en 1909. Son deuxième, puisqu’il s’était déjà imposé l’an passé à Modène (centre-nord). Mais il avait alors dû attendre la 10e étape après avoir laissé passer plusieurs occasions «par manque de confiance», dit-il aujourd’hui.

L’équipe Ineos décapitée

Rien de tel cette année: depuis la reprise des compétitions fin juillet, le Français enchaîne à 29 ans les succès, notamment dans la semi-classique italienne Milan-Turin et au championnat de France. Absent du Tour, pour lequel son équipe a privilégié Thibaut Pinot, il s’est consacré au Giro, son objectif majeur de la saison, avec le soutien de son «train» habituel (Konovalovas, Scotson, Sinkeldam, Guarnieri).

Cette étape de 140 kilomètres, la plus courte de l’épreuve hors les contre-la-montre, a marqué la fin du séjour sicilien qui a durablement influencé le classement général mené depuis lundi par Joao Almeida.

Mardi, le jeune Portugais de l’équipe Deceuninck, 22 ans, a même sécurisé son maillot rose en prenant deux secondes de bonification dans un sprint intermédiaire pour repousser l’Équatorien Jonathan Caicedo à… 2 secondes.

Une fracture pour Thomas

Au lendemain de sa chute à Enna, provoquée par un bidon roulant sur la chaussée, Geraint Thomas a quitté le Giro avant le départ de l’étape à Catane. Des examens pratiqués mardi matin ont décelé une «petite fracture sans déplacement dans la partie inférieure du bassin» selon le Dr Phil Riley, médecin de l’équipe britannique.

Pour l’équipe Ineos, la série noire continue. Après l’abandon d’Egan Bernal au Tour de France, le forfait du Gallois décapite la formation britannique, la plus puissante et richement dotée du peloton, désormais réduite à chasser les succès d’étape.

Mercredi, pour la première journée sur le continent, le Giro remonte la Calabre (sud), du sud au nord, dans la 5e étape longue de 225 kilomètres entre Mileto et Camigliatello Silano. Le parcours, accidenté, franchit le Valico di Montescuro (24,2 km à 5,6%) à moins de 12 kilomètres de l’arrivée.

(AFP/Sport-Center)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
0 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé