Cologne: Le preneur d'otage est un Syrien au mental fragile
Publié

CologneLe preneur d'otage est un Syrien au mental fragile

L'auteur présumé d'une prise d'otage lundi à Cologne en Allemagne est un Syrien de 55 ans, souffrant vraisemblablement de problèmes psychologiques.

1 / 13
Au lendemain de l'événement survenu en gare de Cologne, on apprend que le preneur d'otage est un Syrien de 55 ans déséquilibré (mardi 16 octobre 2018).

Au lendemain de l'événement survenu en gare de Cologne, on apprend que le preneur d'otage est un Syrien de 55 ans déséquilibré (mardi 16 octobre 2018).

La prise d'otage s'est déroulée en milieu de journée dans une pharmacie d'un centre commercial situé en gare de Cologne, l'une des plus fréquentées d'Allemagne avec en moyenne 280'000 passagers quotidiennement. (lundi 15 octobre 2018)

La prise d'otage s'est déroulée en milieu de journée dans une pharmacie d'un centre commercial situé en gare de Cologne, l'une des plus fréquentées d'Allemagne avec en moyenne 280'000 passagers quotidiennement. (lundi 15 octobre 2018)

Après avoir fait évacuer la gare, bouclé le quartier situé au pied de la cathédrale de Cologne et pris contact avec le preneur d'otage, les forces spéciales ont finalement donné l'assaut en début d'après-midi. (lundi 15 octobre 2018)

Après avoir fait évacuer la gare, bouclé le quartier situé au pied de la cathédrale de Cologne et pris contact avec le preneur d'otage, les forces spéciales ont finalement donné l'assaut en début d'après-midi. (lundi 15 octobre 2018)

L'homme, désormais hors de danger après avoir été grièvement blessé la veille de «plusieurs balles» tirées par les policiers, était arrivé en Allemagne en mars 2015 et avait obtenu «un droit d'asile provisoire jusqu'en juin 2021», a déclaré le chef de la police judiciaire de Cologne, Klaus-Stephan Becker, lors d'une conférence de presse.

Selon les premiers éléments rassemblés par les enquêteurs, ce père d'un fils qui se trouve également en Allemagne, n'était pas apte au travail, pour des raisons psychologiques. «C'est ce qui se profile», a précisé Klaus-Stephan Becker.

Il a ajouté disposer «d'éléments» sur des troubles psychologiques qui demandent «encore à être concrétisés».

Auto-revendication

Les perquisitions menées à son domicile n'ont pas permis de prouver un lien avec le groupe djihadiste Etat islamique, a-t-il souligné. Le parquet antiterroriste a néanmoins annoncé son intention de prendre l'enquête en main. Selon des témoins sur place, l'homme aurait clamé son appartenance à l'EI.

Le Syrien a semé la panique lundi en faisant irruption dans un restaurant McDonald's de la gare de Cologne, armé d'essence, d'une arme factice et de bonbonnes de gaz sur lesquelles il avait fixé des balles métalliques. En cas d'explosion sous l'effet de la chaleur, elles auraient provoqué des «dégâts considérables», selon la police.

Il a apparemment versé de l'essence par terre qu'il a enflammée, brûlant grièvement une adolescente de 14 ans, et déclenchant le système anti-incendie et l'arrivée rapide des secours.

Son épouse en Syrie

Il s'est alors retranché dans une pharmacie proche où il a pris en otage une employée, qui a été légèrement blessée, avant que la police ne donne l'assaut et le neutralise.

Le Syrien s'était déjà fait remarquer des autorités qui ont recensé 13 délits, essentiellement des vols à la tire, détention de cannabis ou troubles à l'ordre public, a indiqué la porte-parole du parquet de Cologne Natalie Neuen.

Son épouse, restée en Syrie, a déposé deux requêtes afin de pouvoir le rejoindre en Allemagne, toutes deux rejetées.

(AFP)

Votre opinion