Indonésie: «Le président a révélé mon coronavirus à la TV»
Actualisé

Indonésie«Le président a révélé mon coronavirus à la TV»

Sita Tyasutami a été la première personne connue à être affectée par le virus dans son pays. Avec une notoriété dont elle se serait bien passée.

par
lematin.ch
Sita Tyasutami a été la victime de féroces attaques sur les réseaux sociaux.

Sita Tyasutami a été la victime de féroces attaques sur les réseaux sociaux.

Instagram

La BBC publie le témoignage de la première personne connue à avoir été touchée par le coronavirus en Indonésie. Et il est pour le moins étonnant.

Forte fièvre, nausées, toux sèche: Sita Tyasutami avait fin février les symptômes des malades atteints du virus dans d’autres pays. Elle a été admise dans un hôpital de Djakarta. Tout comme sa mère, Maria Darmaningsih, dans le même état. Toutes deux ont été isolées et placées dans des chambres séparées.

Le président apparaît à la télévision

Le 2 mars, les deux femmes de 31 et 64 ans attendaient avec anxiété les résultats du test lorsqu’elles ont vu leur président Joko Widodo apparaître à la télévision pour une conférence de presse. Il a annoncé que le virus avait atteint le pays, avec deux premiers cas détectés. Une femme de 64 ans et sa fille de 31 ans, hospitalisées à Djakarta, a-t-il précisé…

«Le président a révélé mon coronavirus à la TV», résume la BBC. Sita Tyasutami a évidemment vite compris qu’il parlait d’elle et de sa maman. Pour en avoir le cœur net elle a demandé à une infirmière si d’autres patients avec un éventuel coronavirus étaient hospitalisés. Elle lui a répondu que non.

Elle devient le «cas un»

«J'étais confuse, j'étais en colère, j'étais triste», explique la jeune femme à la BBC. «Je ne savais pas quoi faire parce que c'était partout dans les médias.»

Dans les heures et jours qui ont suivi, les noms des deux femmes et même leurs dossiers médicaux ont fuité et ont abondamment circulé sur les réseaux sociaux ou sur WhatsApp. Comme toutes sortes de rumeurs. «En quelques heures, elle est devenue le visage de l'épidémie de coronavirus en Indonésie», écrit la BBC. Et la danseuse professionnelle Sita Tyasutami n’était plus qu’une chose: le «cas un». Sa maman ayant écopé du «cas deux»..

Attaques et désinformations

La propagation de désinformations ou d’attaques sur les réseaux sociaux a été «immédiate, vicieuse et implacable», écrit la BBC. Sita Tyasutami a été accusée d’avoir apporté le virus dans le pays. Elle a été rendue responsable de pertes d’emplois ou de séparations liées au confinement. D’autres ont agité des théories du complot, trouvant qu’il était impossible qu’elle soit si jolie après avoir été malade…

On ne saura jamais si Sita Tyasutami a vraiment été la première personne infectée en Indonésie. Mais elle restera le «cas un». Il y a désormais quelque 12 000 cas recensés dans le pays pour près de 900 morts.

Quant à Sita Tyasutami, elle est guérie, tout comme sa mère. Son compte Instagram est passé de 2000 à plus de 13 000 abonnés et elle s’en serait bien passée. «Avant mon diagnostic personne ne m’envoyait de messages haineux. Maintenant certains commentent absolument tout, en particulier les images sur lesquelles je porte des tenues de danse sexy»...

R.M.

Votre opinion