12.05.2012 à 08:10

BirmanieLe président birman invite les exilés à rentrer

Il a lancé un appel à la diaspora birmane dont une grande partie a fui la répression des régimes militaires précédents, en leur promettant de faciliter leur intégration dans l’économie.

Le président birman Thein Sein.

Le président birman Thein Sein.

AFP

Alors que les proches de l’ancienne junte se sont accaparés les richesses nationales pendant un demi-siècle et que le système éducatif a été ravagé par des généraux qui craignaient les étudiants, rien n’a été fait en Birmanie pour former une main d’oeuvre qualifiée.

Mais le nouveau régime multiplie les réformes politiques et économiques et veut s’appuyer sur le savoir et les capacités d’investissement des Birmans de l’étranger. "Les efforts sont constants pour encourager les citoyens birmans qui sont partis à l’étranger pour diverses raisons à rentrer chez eux", a expliqué le président Thein Sein dans le quotidien officiel New Light of Myanmar.

"Parmi ceux qui étaient à l’étranger figurent des techniciens, des experts, des hommes d’affaires", a-t-il ajouté. "L’Etat leur apportera l’aide nécessaire s’ils éprouvent de quelconques difficultés à lancer des affaires dans le pays".

Méfiants mais séduits

Les exilés, d’abord méfiants, sont à leur tour séduits par les impressionnantes réformes du nouveau régime, dominé par d’anciens militaires réformateurs à qui la junte a confié les rênes de l’Etat en mars 2011.

L’opposante Aung San Suu Kyi, libérée de résidence surveillée fin 2010, a été élue députée aux partielles d’avril dernier. Des centaines de prisonniers politiques ont été libérés et le parlement a entrepris de modifier le corpus législatif.

L’Union européenne a suspendu pour un an toutes ses sanctions, à l’exception de l’embargo sur les armes. Les Etats-Unis ont pour leur part allégé certaines restrictions aux investissements et promis la nomination d’un ambassadeur, mais ont exclu de lever leurs sanctions pour garder un moyen de pression sur le pouvoir.

Le Fonds monétaire international a exhorté mardi la Birmanie à libéraliser son économie pour profiter de son potentiel et sortir sa population de la pauvreté, en l’appelant à améliorer "le climat des affaires et des investissements".

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!