15.08.2020 à 13:35

Assemblée des déléguésLe président des Verts plaide pour un avenir plus écologique

Balthasar Glättli a défendu un après-Covid «plus vert que l’avant» ce samedi lors d’une assemblée des délégués à Windisch (AG).

Balthasar Glättli, président des Verts, a plaidé pour un Green New Deal lors de l’assemblée des délégués.

Balthasar Glättli, président des Verts, a plaidé pour un Green New Deal lors de l’assemblée des délégués.

KEYSTONE/WALTER BIERI

Les Verts veulent une issue écologique à la crise. A cette fin, ils ont adopté samedi une résolution pour un Green New Deal lors de leur assemblée des délégués à Windisch (AG). Ils ont également décidé de leurs mots d’ordre sur les avions et le congé paternité.

«Il y a des moments dans l’histoire, ou en politique, où il faut remettre l’acquis en question. Des moments, où il faut remettre ‹l’habituel train-train› en question. Des moments, où nous empruntons ensemble de nouvelles voies», a lancé le président du parti Balthasar Glättli en ouverture de l’assemblée. «Ces dernières semaines, nous avons toutes et tous vécu de tels moments.»

Adieu industrie grise d’hier

La crise du coronavirus, qui a gravement touché de nombreux secteurs, doit être mise à profit pour une transformation socio-écologique. «Nous luttons pour que l’après Covid soit plus vert que l’avant», a poursuivi le Zurichois. «Pour y parvenir, il nous faut investir pour l’avenir en tant que société. C’est exactement ce que vise notre Green New Deal (nouveau pacte vert).»

Le pacte entend limiter les répercussions de la crise économique sur la population et accélérer la transformation socio-écologique de l’économie et de la société. Il va au-delà du plan Climat des Verts présenté la semaine passée.

Ce dernier exige la neutralité climatique d’ici 2030 et un bilan positif dès 2040. La Suisse devra alors contribuer à capter davantage d’émissions qu’elle n’en rejette. Le Conseil fédéral a lui fixé la neutralité carbone à 2050.

Le Green New Deal, qui doit être activé à tous les niveaux politiques, exige que les critères socio-écologiques soient placés au cœur des programmes conjoncturels. «Au lieu de sauver l’industrie grise d’hier et les compagnies d’aviation, nous devons investir maintenant dans l’économie verte et sociale de demain», a martelé Balthasar Glättli.

Oui au congé paternité

Pour les Verts, la nouvelle loi sur le CO2 est un pas dans la bonne direction pour réaliser les objectifs climatiques de l’accord de Paris. Mais ce n’est pas suffisant. «La pandémie a montré que d’énormes ressources peuvent être mobilisées en cas d’urgence. Un engagement aussi déterminé est nécessaire pour éviter la catastrophe climatique», a souligné Sophie Gigon Michaud (VD).

Le nouveau pacte des Verts pose les jalons vers une économie et une société durablement écologique, résiliente et juste, indique le parti dans un communiqué. Un appel aux membres et sympathisants a été lancé pour faire des propositions de mise en œuvre.

Les délégués ont également adopté leurs mots d’ordre sur deux votations soumises au peuple le 27 septembre. Ils recommandent à l’unanimité de voter «oui» au congé paternité, et soutiennent à la quasi-unanimité le «non» à l’acquisition de nouveaux avions de combat.

Lors de leur assemblée de janvier, les Verts avaient déjà recommandé sans opposition de rejeter l’initiative de limitation. Quant au comité, il a décidé de refuser la déduction fiscale des frais de garde des enfants par des tiers et la modification de la loi sur la chasse.

(ATS/NXP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!