Football - Le président du FC Thoune frappé par un terrible drame
Publié

FootballLe président du FC Thoune frappé par un terrible drame

Andres Gerber n’a pas assisté au match retour des barrages contre Sion. Au même moment, il se trouvait auprès de son frère, qu’il a perdu quelques heures plus tard, emporté par la maladie.

par
N.JR
Ancien joueur puis directeur sportif du FC Thoune, Andres Gerber en est le président depuis la saison dernière.

Ancien joueur puis directeur sportif du FC Thoune, Andres Gerber en est le président depuis la saison dernière.

Sven Thomann/Blick/freshfocus

Voici une semaine, le FC Sion avait difficilement assuré son maintien en Super League en s’inclinant 3-2 à domicile contre Thoune, 2e de Challenge League, après avoir remporté 4-1 la première manche dans l’Oberland.

Ce match retour des barrages, décisif pour son club, Andres Gerber (48 ans) ne l’a pourtant pas suivi. Le nouveau président du club bernois ne se trouvait pas dimanche dernier à Tourbillon. Au même moment, l’homme vivait un terrible drame en veillant sur son frère malade qui, quelques heures après la fin du match, allait être emporté par le cancer.

Hormis le cercle des proches, mis dans la confidence, Andres Gerber n’en a rien dit. Par pudeur probablement; plus sûrement encore pour accompagner jusqu’au bout ce frère bien trop tôt disparu.

«Je vis comme dans deux mondes. Mais je n’aurais pas pu supporter l’idée de m’asseoir dans la tribune de Tourbillon»

Andres Gerber

En milieu de semaine passée, l’ancien joueur allait trouver les forces pour évoquer sa mémoire et ce qu’il avait vécu à ses côtés dans ces moments de basculement, de passage d’un monde à l’autre. «Je ne voulais pas et ne pouvais pas me rendre à Sion, même si mon frère était d’accord que j’y aille, a-t-il confié à la Berner Zeitung. Il m’a demandé le résultat du match aller, je lui ai répondu que ce n’était pas important maintenant... Mais il a insisté. Quand je le lui ait dit, il m’a dit qu’on rattraperait ce 4-1…»

Dans l’entretien poignant qu’il a accordé à nos confrères, Andres Gerber explique pourquoi il a choisi d’évoquer publiquement le terrible malheur ayant frappé sa famille. «J’ai demandé à mon frère si je pouvais en parler. A partir de ce moment-là, il est clair que le barrage a été complètement relégué au second plan. En même temps, je suis le président du FC Thoune et en suis donc responsable. Cela m’aide si je peux en parler. Je vis comme dans deux mondes. Mais je n’aurais pas pu supporter l’idée de m’asseoir dans la tribune de Tourbillon. Pour le moment, je maîtrise mes émotions mais je ne peux pas toujours retenir mes larmes.»

«Le football n’est jamais une question de vie ou de mort, c’est toujours une affaire mineure»

Andres Gerber

Pareille épreuve invite surtout à relativiser l’importance du sport par rapport aux drames de la vie. «Dans tous les cas, assure le président. Le football n’est jamais une question de vie ou de mort, c’est toujours une affaire mineure. Même si certains voient les choses parfois différemment et vont trop loin avec leurs critiques.»

Se ressourcer en montagne

Andres Gerber éprouve désormais le besoin de s’isoler, de se ressourcer, ce qu’il fera dans la nature, en montagne. «Avec toutes les turbulences et mes nouvelles fonctions de président, je pense que je n’ai pas pu gérer toute la saison comme il aurait fallu. C’est toute l’année qui a été bouleversante.» Mais l’homme a trouvé des mots simples, des mots dignes, des mots qui résonnent vrais, qu’il a pu mettre sur ses souffrances silencieuses et sa tristesse.


Votre opinion