New York: Le président du Honduras mouillé dans un trafic de coke?
Publié

New YorkLe président du Honduras mouillé dans un trafic de coke?

Juan Orlando Hernandez aurait aidé à acheminer de la drogue vers les États-Unis, a affirmé mardi un procureur new-yorkais au procès d’un narcotrafiquant.

Le président du Honduras, Juan Orlando Hernandez, aurait, selon un procureur new-yorkais, touché des pots-de-vin d’un narcotrafiquant dont le procès s’ouvre mardi aux États-Unis.

Le président du Honduras, Juan Orlando Hernandez, aurait, selon un procureur new-yorkais, touché des pots-de-vin d’un narcotrafiquant dont le procès s’ouvre mardi aux États-Unis.

AFP PHOTO/HONDURAS PRESIDENCY

Le président du Honduras, Juan Orlando Hernandez, a aidé à acheminer des tonnes de cocaïne vers les États-Unis, a affirmé mardi un procureur fédéral new-yorkais, dans son réquisitoire à l’ouverture du procès d’un narcotrafiquant présumé.

Selon le procureur Jacob Gutwillig, Geovanny Fuentes a «versé des pots-de-vin même au président du Honduras», et était devenu «intouchable» grâce à leur association. Le président du Honduras a touché, entre 2013 et 2014, quelque 25’000 dollars pour garantir la protection du narcotrafiquant, d’après l’accusation.

«Les gringos en auront jusqu’aux narines»

Le procureur a assuré que l’un des témoins pour l’accusation, lors de ce procès qui doit durer deux semaines, témoignera à la barre «du choc et de la peur qu’il a ressenti en voyant l’accusé assis aux côtés du président».

Le témoin, José Sanchez, devrait aussi citer des propos du président, qui aurait dit à Geovanny Fuentes qu’il transporterait «tellement de cocaïne vers les États-Unis que les «gringos» en auront jusqu’aux narines».

L’avocat du narcotrafiquant présumé, Eylan Schulman, a lui tenté de discréditer d’avance ces témoins à charge. «Supposément 25’000 dollars peuvent suffire à corrompre un président», a-t-il lancé.

Il a souligné que José Sanchez, qui a demandé l’asile aux États-Unis, avait «beaucoup à gagner, et rien à perdre» en témoignant pour l’accusation. Et averti les jurés qu’un autre témoin à charge, l’ex-leader du cartel hondurien Leonel Rivera, était «l’un des pires assassins» au monde.

Son frère, trafiquant de cocaïne

Les procureurs new-yorkais considèrent le président Hernandez, 52 ans, au pouvoir depuis janvier 2014, comme «coconspirateur» de Geovanny Fuentes dans le trafic de cocaïne, même si le dirigeant n’a pas été inculpé.

Le procès du narcotrafiquant intervient après le procès du frère du président, Tony Hernandez, un ex-député jugé coupable de trafic de cocaïne à New York en octobre 2019. L’audience pour fixer sa sentence, plusieurs fois reportée, est désormais prévue pour le 23 mars. Il risque la perpétuité.

Lors de la condamnation de son frère, le président Hernandez, surnommé «JOH», avait dénoncé le verdict, rejetant «les versions fausses et irresponsables qui cherchent à salir le nom du Honduras» à l’origine de ce jugement.

(AFP)

Votre opinion