10.08.2020 à 03:38

MauritanieLe président El Ghazouani nomme un nouveau gouvernement

Suite au rapport d’une commission parlementaire sur la gestion de son prédécesseur, le président mauritanien Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani a procédé à un remaniement ministériel.

Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, président depuis août 2019, fut le chef de cabinet et ministre de la Défense de son prédécesseur. (Photo REGIS DUVIGNAU / POOL / AFP)

Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, président depuis août 2019, fut le chef de cabinet et ministre de la Défense de son prédécesseur. (Photo REGIS DUVIGNAU / POOL / AFP)

AFP

La présidence mauritanienne a annoncé la formation d’un nouveau gouvernement dimanche soir, après un rapport parlementaire liant d’anciens ministres à des affaires financières de l’ex-dirigeant Mohamed Ould Abdel Aziz.

Adama Bocar Soko, le secrétaire général de la présidence mauritanienne, a déclaré au cours d’une conférence de presse dans la capitale Nouakchott que ce remaniement allait donner aux ministres cités dans le rapport «le temps dont ils auront besoin pour prouver leur innocence».

Le président mauritanien Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani avait procédé jeudi, sans en donner la raison, à un changement de Premier ministre et annoncé un remaniement ministériel, au lendemain de la remise à la justice du rapport d’une commission parlementaire sur la gestion de son prédécesseur, Mohamed Ould Abdel Aziz.

Jusqu’à l’annonce de dimanche, la présidence mauritanienne n’avait pas établi de lien entre le remaniement et le rapport sur Mohamed Ould Abdel Aziz, au pouvoir de 2008 à 2019.

Parmi les dossiers étudiés par les neuf membres de la commission parlementaire, formée en janvier, figurent la gestion des revenus pétroliers, la vente de domaines de l’État à Nouakchott, la liquidation d’une société publique qui assurait l’approvisionnement de ce pays sahélien en denrées alimentaires ou encore les activités d’une société chinoise de pêche, Pully Hong Dong, selon des sources parlementaires.

Le parquet d’un tribunal de la capitale a fait savoir mercredi qu’il avait reçu le rapport. Il doit ouvrir une enquête au terme de laquelle une instruction va être éventuellement ouverte et a promis des investigations «en toute impartialité».

Quatre ex-ministres ont été cités dans ce document, dont l’ancien Premier ministre Ismaïl Ould Bedda Ould Cheikh Sidiya, remplacé jeudi.

Le nouveau gouvernement reste néanmoins assez similaire au précédent : 18 ministres ont été reconduits dans leurs fonctions. Adama Bocar Soko a précisé que le nombre des ministères avait été réduit à 22, certains ayant été fusionnés.

«Haute trahison»

L’ex-président mauritanien avait ignoré début juillet la convocation de la commission parlementaire pour s’expliquer sur les dossiers donnant lieu à des investigations, selon une source parlementaire.

Les députés mauritaniens ont ensuite voté fin juillet une loi instituant une Haute cour de justice chargée de juger le chef de l’État et des ministres en cas de «haute trahison». La juridiction doit être mise en place dans les prochains mois. Un membre du Parlement a assuré à l’AFP que cette initiative «ne visait personne en particulier».

Ce type de juridiction existait déjà en Mauritanie jusqu’à une révision constitutionnelle en 2017, qui a entraîné sa dissolution. Un éventuel procès de l’ex-président Aziz se déroulerait devant la Haute cour, après un vote des députés sur l’opportunité ou non de le juger.

«La prise en compte du dossier par le parquet est une phase traditionnelle de la justice. Il faudra attendre la phase de l’instruction pour savoir si le dossier sera retourné au Parlement, où il pourra faire l’objet de remise à une commission d’instruction», explique le constitutionnaliste Lo Abdoul Gourmo.

«Cette commission pourra requalifier les faits. S'il s’agit de faits de haute trahison commis par l’ancien président de la République, seule la Haute Cour de justice restera compétente pour le juger».

Le président Aziz avait pris le pouvoir dans ce pays pauvre de 4,5 millions d’habitants par un coup d’État militaire en 2008, puis remporté la présidentielle en 2009, suivie d’une autre en 2014. Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, qui lui a succédé en août 2019, fut son chef de cabinet et ministre de la Défense.

(AFP/NXP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!