Publié

Résultats officielsLe président Faure Gnassingbé réélu au Togo

La commission électorale togolaise a validé la victoire du président togolais sortant Faure Gnassingbé, au pouvoir depuis 2005, avec 58,75% des suffrages exprimés.

le président Faure Gnassingbé veut «continuer à avancer vers le progrès et dans la paix».

le président Faure Gnassingbé veut «continuer à avancer vers le progrès et dans la paix».

Keystone

Le président togolais sortant Faure Gnassingbé, au pouvoir depuis 2005, a remporté l'élection présidentielle par 58,75% des suffrages exprimés, contre 34,95 % à son principal adversaire Jean-Pierre Fabre, a déclaré la commission électorale togolaise mardi soir. L'opposition a rejeté les résultats et a revendiqué la victoire de son candidat.

«La commission électorale nationale constate que Faure Essozimna Gnassingbé est élu au titre des résultats provisoires, sous réserve de confirmation de ces résultats par la Cour constitutionnelle», a déclaré le président de la commission, Taffa Tabiou. Sur 3'509'258 inscrits, Faure Gnassingbé a obtenu 1'214'267 voix, contre 722'347 voix pour Jean-Pierre Fabre. Le taux d'abstention atteignait 40,01 % lors du scrutin samedi.

«C'est une victoire méritée. C'est la victoire du peuple togolais qui entend, avec le président Faure Gnassingbé, continuer à avancer vers le progrès et dans la paix», a réagi la présidence togolaise.

Critique lancée par l'opposition

«CAP 2015 et son candidat Jean-Pierre Fabre rejettent catégoriquement les résultats frauduleux qui n'ont rien à voir avec ceux compilés à partir des procès-verbaux collectés auprès de leurs représentants dans les bureaux de vote» et «se félicite de la victoire de son candidat», a souligné de son côté Patrick Lawson-Banku, directeur de campagne de cette coalition.

Jean-Pierre Fabre a lui-même souligné ensuite se considérer également comme président élu, rejetant les résultats «frauduleux» de l'élection.

Si le résultat est confirmé par la Cour constitutionnelle, Faure Gnassingbé obtiendra officiellement un troisième mandat de cinq ans. La famille Gnassingbé régente depuis 48 ans le Togo, petit pays d'Afrique de l'Ouest comptant sept millions d'habitants.

Candidats loin derrière

Faure Gnassingbé avait été porté au pouvoir en 2005 par l'armée à la mort de son père, le général Gnassingbé Eyadéma, qui régna d'une main de fer sur le pays pendant 38 ans. Une présidentielle calamiteuse avait suivi la même année, entachée de violences (400 à 500 tués et des milliers de blessés, selon l'ONU) et de fraudes massives.

Faure Gnassingbé avait été réélu en 2010 avec 60,88 % des voix, déjà contre M. Fabre à l'époque (33,93 %), dans un scrutin contesté par l'opposition mais jugé acceptable par la communauté internationale.

Outre MM. Gnassingbé et Fabre, trois autres candidats, tous d'opposition, concouraient pour cette présidentielle.

Tchabouré Gogué, président de l'Alliance des démocrates pour le développement intégral (ADDI), a rassemblé 3,08 % des suffrages, Komandega Taama, président du Nouvel engagement togolais (NET), 1,06 %, et Mouhamed Tchassona-Traoré, président du Mouvement citoyen pour la démocratie et le développement (MCD, opposition), 0,99 %.

(ats)

Votre opinion