Publié

NicaraguaLe président Ortega écarte toute démission

Le président nicaraguayen a réaffirmé son intention de rester au pouvoir malgré près de 300 morts en trois mois de contestation.

1 / 89
L'opposition nicaraguayenne a annoncé mardi la formation d'une large «Coalition nationale» pour affronter le parti du président Daniel Ortega aux élections de 2021. (Mercredi 26 février 2020)

L'opposition nicaraguayenne a annoncé mardi la formation d'une large «Coalition nationale» pour affronter le parti du président Daniel Ortega aux élections de 2021. (Mercredi 26 février 2020)

Keystone
La Suisse demande au Nicaragua d'arrêter d'intimider et d'attaquer les défenseurs des droits humains, après l'assassinat récent de trois ex-manifestants. (Mardi 10 septembre 2019)

La Suisse demande au Nicaragua d'arrêter d'intimider et d'attaquer les défenseurs des droits humains, après l'assassinat récent de trois ex-manifestants. (Mardi 10 septembre 2019)

Après un premier groupe lundi d'une cinquantaine de prisonniers amnistiés, 56 opposants ont été remis mardi au CICR. (11 juin 2019)

Après un premier groupe lundi d'une cinquantaine de prisonniers amnistiés, 56 opposants ont été remis mardi au CICR. (11 juin 2019)

AFP

Des milliers de Nicaraguayens, opposants et partisans du président Daniel Ortega, ont manifesté sans s'affronter lundi à Managua, au moment où le dirigeant sandiniste écartait toute démission et rejetait la demande d'élections anticipées, malgré près de 300 morts en quelque trois mois de contestation.

Lors d'une marche qui s'est terminée devant l'Université centraméricaine (UCA) à Managua, des centaines d'étudiants et d'opposants ont défilé en scandant «Liberté pour les prisonniers», «Justice» et «Autonomie universitaire».

Des étudiants portaient des croix avec des sacs à dos symbolisant les personnes décédées au cours des manifestations qui secouent le pays depuis plus de trois mois. D'autres brandissaient des photos de leurs camarades arrêtés «arbitrairement», selon les organisations de défense des droits de l'homme, pour avoir pris part aux marches.

Au moins 292 personnes, dont 20 policiers et quelque 30 paramilitaires ou sympathisants du gouvernement, ont été tuées au cours des manifestations qui ont débuté le 18 avril, selon un bilan actualisé lundi par le Centre nicaraguayen des droits de l'homme (Cenidh). Un précédent bilan, établi par la même source, faisait état de plus de 280 morts.

«Que la répression s'arrête, que Daniel quitte le pouvoir, il ne fait que nous tuer», a expliqué une jeune femme, le visage caché derrière un foulard aux couleurs du drapeau nicaraguayen. Un autre étudiant a expliqué vouloir «la liberté pour les prisonniers et que ce tyran s'en aille» car «nous ne pouvons plus le supporter».

Des «milices anti-gouvernementales»

Le président Ortega a nié lundi, dans un entretien à la chaîne américaine Fox News, contrôler les paramilitaires pro-gouvernementaux qui ont été vus en train d'agir aux côtés de la police. Il a au contraire accusé des groupes politiques de diriger des milices anti-gouvernementales, qui ont selon lui tué «des dizaines» de policiers lors des troubles. Aucun incident n'était à déplorer à l'issue de la marche de l'opposition.

Des policiers anti-émeute avaient été déployés lundi sur certains tronçons de la route, située non loin d'un axe routier sur lequel se déroulait une autre marche d'étudiants, proches du gouvernement cette fois, et à laquelle participaient des policiers.

L'Union nationale des étudiants nicaraguayens (UNEN), en accord avec le gouvernement, a exprimé son soutien à Ortega et a appelé à punir les responsables de ce qu'ils ont qualifié de «tentative de coup d'État», en écho aux accusations du gouvernement. «Nous voulons dire aux terroristes et aux putschistes que le peuple a décidé et voté pour le commandant Daniel», a déclaré l'UNEN dans un communiqué.

Daniel Ortega, 72 ans, a déclaré à Fox News qu'il irait jusqu'au bout de son mandat. Il refuse également d'avancer à cette année les prochaines élections, prévues en 2021, et dénonce une «conspiration de l'opposition» visant à le renverser. «Avancer les élections créerait de l'instabilité, de l'insécurité et ne ferait qu'empirer les choses», a-t-il soutenu, affirmant que les troubles meurtriers qui agitent son pays sont terminés.

Déclenchée le 18 avril par une tentative de réforme de la sécurité sociale, vite abandonnée, la vague de protestations est d'une ampleur inédite au Nicaragua. Les opposants réclament désormais la démission de l'ancien guérillero admirateur du Che, au pouvoir depuis 2007, après l'avoir déjà été de 1979 à 1990.

Ils l'accusent d'avoir mis en place avec son épouse Rosario Murillo, qui occupe les fonctions de vice-présidente, une dictature marquée par la corruption et le népotisme. Daniel Ortega a démenti dans son interview toute velléité d'installer une dynastie au pouvoir.

Le bilan monte à 292 morts

Au moins 292 personnes ont été tuées au Nicaragua dans les manifestations contre le président Ortega, selon le bilan d'une ONG. Parmi elles, 20 policiers et quelque 30 paramilitaires ou sympathisants du gouvernement. Une autre ONG dénombre de son côté 350 morts et 2000 blessés.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!