Actualisé

Pays-BasLe prince Friso enterré dans la plus stricte intimité

Le prince Friso des Pays-Bas, mort lundi à 44 ans des suites d'un accident de ski l'ayant plongé dans le coma en 2012, est enterré vendredi après-midi dans la plus stricte intimité à deux pas du château de sa mère Beatrix.

1 / 7
La princesse Mabel accompagnée de ses deux filles Luana and Zaria et la princesse Beatrix à la sortie de l'église.

La princesse Mabel accompagnée de ses deux filles Luana and Zaria et la princesse Beatrix à la sortie de l'église.

AFP
La princesse Mabel Wisse-Smit (g) accompagnée de ses deux filles Luana and Zaria et la princesse Beatrix à la sortie de l'église.

La princesse Mabel Wisse-Smit (g) accompagnée de ses deux filles Luana and Zaria et la princesse Beatrix à la sortie de l'église.

AFP
La princesse Mabel Wisse-Smit (g) marche avec ses filles Luana et Zaria, la princesse Beatrix et des membres de la famille royale.

La princesse Mabel Wisse-Smit (g) marche avec ses filles Luana et Zaria, la princesse Beatrix et des membres de la famille royale.

AFP

Dans le petit village de Lage Vuursche, à 30 kilomètres au sud-est d'Amsterdam, la famille royale était au grand complet, avec notamment le roi Willem-Alexander et le prince Constantijn, frères de Friso, leur mère Beatrix, et également l'épouse de Friso, Mabel, et leur deux filles, Luana, 8 ans, et Zaria, 7 ans.

Mais parmi les têtes couronnées étrangères, seul le roi Harald V de Norvège, parrain de Johan Friso, a assisté à la cérémonie. Quelques amis du prince, dont celui qui l'accompagnait lors de son accident de ski en Autriche, étaient également présents, tout comme la ministre italienne des Affaires étrangères Emma Bonino, marraine de Luana.

Sécurité renforcée, rues bloquées, accès au cimetière interdit, tout a été fait pour écarter le grand public de la cérémonie, et le nombre des badauds présents dans le cadre champêtre de Laage Vuursche était d'ailleurs bien moins important qu'attendu par la police.

Château de son enfance

La cérémonie en elle-même était fermée à la presse mais certains médias néerlandais ont publié des photos des invités arrivant à l'église, tous ensemble. Le noir dominait les tenues, sauf pour les enfants, vêtus de blanc.

Johan Friso, décédé à 44 ans, repose désormais à une centaine de mètres à peine du château où sa mère a prévu de se retirer d'ici peu après avoir abdiqué en avril en faveur de son fils aîné Willem-Alexander. Le cimetière jouxte en fait la propriété du château de Drakensteyn.

Drakensteyn est également le château où Friso a passé son enfance. Il y vécut avec ses parents et ses deux frères jusqu'à ce que sa mère soit intronisée reine des Pays-Bas en 1981, moment auquel la famille déménagea au palais royal de La Haye. Beatrix a déjà dit par le passé avoir passé à Drakensteyn les années les plus heureuses de sa vie.La cérémonie s'est achevée vers 16h30, après laquelle la famille royale s'est rendue au château de Drakensteyn.

Le prince Friso est le premier prince depuis plusieurs générations à ne pas être enterré dans la Nieuwe Kerk (Nouvelle église) de Delft, où sont la plupart des membres de la famille royale néerlandaise.

Parmi les théories avancées pour expliquer ce choix, les médias néerlandais ont souligné que le prince Johan Friso ne faisait plus officiellement partie de la Maison royale néerlandaise, qu'il a quittée par amour de sa future épouse.

Le gouvernement néerlandais n'avait en effet pas autorisé son mariage en 2004 avec Mabel Wisse Smit après qu'il eut été avéré que la future mariée avait caché une relation passée avec un baron de la drogue néerlandais.

Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte a toutefois demandé à ce que les drapeaux soit mis en berne vendredi sur tous les bâtiments publics.

Hors piste

Deuxième des trois fils de Beatrix, Johan Friso était décédé lundi au palais royal de La Haye, résidence actuelle de sa mère, suites à des complications liées à un accident de ski le 17 février 2012 à Lech, en Autriche.

Skieur expérimenté, Johan Friso avait été pris dans une avalanche alors qu'il évoluait hors des pistes avec un ami à Lech, dans l'ouest de l'Autriche. Le risque d'avalanche avait été annoncé à quatre sur une échelle de cinq.

Il était resté sous la neige pendant une vingtaine de minutes avant d'être secouru. D'abord dans le coma, il avait finalement montré des «signes de très faible conscience» à partir de novembre. Aucun changement de son état n'avait été observé depuis.

Après son accident, Friso avait été hospitalisé à Londres, où il vivait avec son épouse. Il avait été amené le 9 juillet au palais royal de La Haye, où il devait passer l'été.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!