Le prince William confie «un grand moment de gêne» avec Taylor Swift
Publié

La honteLe prince William confie «un grand moment de gêne» avec Taylor Swift

Le mari de Catherine Middleton est revenu sur l’une de ses rencontres avec la chanteuse. Il n’a pas su lui dire non…

par
Lematin.ch
Taylor Swift, Jon Bon Jovi et le prince William lors du gala de Centrepoint le 26 novembre 2013, à Londres.

Taylor Swift, Jon Bon Jovi et le prince William lors du gala de Centrepoint le 26 novembre 2013, à Londres.

Getty Images

Dimanche 5 décembre 2021, c’est dans un épisode du podcast «Time to Walk» sur Apple que le prince William s’est dévoilé pendant 38 minutes. L’occasion parfaite pour dévoiler une anecdote très amusante. Un souvenir datant de novembre 2013, lors d’un gala de collecte de fonds pour l’association Centrepoint.

«Je n’arrive pas à croire que je vous raconte cette histoire», a-t-il démarré. Et de poursuivre sur son arrivée à la soirée de bienfaisance: «Je m’y présente et Jon Bon Jovi et Taylor Swift sont à l’événement, ce qui m’a déboussolé.»

«Je ne sais pas pourquoi je l’ai fait»

Sur place, le prince William s’assied pour voir le concert caritatif. «Taylor Swift est assise juste à ma gauche. Jon Bon Jovi chante une première chanson, puis il s’arrête. Là, elle (ndlr: Taylor Swift) se tourne vers moi, pose sa main sur mon bras et me dit, droit dans les yeux: «Allez William, allons chanter.» Aujourd’hui encore, je ne sais pas pourquoi je l’ai fait. La suite est un grand moment gênant.»

Et pour cause, l’époux de Catherine Middleton n’a véritablement pas su résister à la vedette américaine. «Pourquoi ai-je accepté? Franchement, si Taylor Swift vous regarde dans les yeux, vous prend le bras et vous dit de venir, vous vous dites: «Oui, c’est une bonne idée» et vous la suivez comme un chiot.»

Face à la foule, William a beaucoup de mal à se souvenir des paroles de la chanson «Livin' On a Prayer». «Sous mon smoking, je suais à grosses gouttes. J’étais comme un cygne: je tentais de paraître élégant, mais à l’intérieur mes pattes palmaient à fond.» Un petit moment de solitude.

Votre opinion