Actualisé 12.05.2020 à 04:29

Le pro des serial killers était un serial menteur

France

Expert français des tueurs en série, Stéphane Bourgoin a confessé avoir menti durant des décennies. Il a même inventé l’assassinat de sa compagne.

par
lematin.ch
Stéphane Bourgoin reconnaît désormais avoir inventé des rencontres avec des tueurs en série.

Stéphane Bourgoin reconnaît désormais avoir inventé des rencontres avec des tueurs en série.

Wikipédia

Le grand spécialiste français des serial killers était un serial menteur. Après des accusations d’un collectif anonyme, puis de certains médias, Stéphane Bourgoin est «passé aux aveux» dans «Paris Match»: quarante ans durant, il a menti, bidonné, affabulé.

Expert auto-proclamé des tueurs en série, le Français d’aujourd’hui 67 ans était extrêmement médiatique depuis de longues années, enchaînant les interviews et les plateau de télévision, alignant les conférences, en France mais aussi en Suisse romande. «J’ai menti», confesse-t-il aujourd’hui au «Parisien». «Il m’est arrivé, lorsque j’étais en public, d’enjoliver, d’extrapoler, d’exagérer», détaille-t-il, admettant être un «mythomane».

Mensonge originel

L’homme se targuait d’avoir interviewé 77 tueurs depuis 1979. Il parle désormais d’«une trentaine», dont seulement «12 ou 15» qu’il a filmé. Il admet aussi avoir par exemple complètement inventé une rencontre avec Charles Manson, l’homme à l’origine de l’assassinat de Sharon Tate, la compagne de Roman Polanski, en 1969.

L’origine de son obsession pour les tueurs en série était également un mensonge. Le Français avait toujours prétendu que tout était né d’un drame personnel. En 1976 à Los Angeles, racontait-il, sa compagne avait été violée, tuée puis découpée en morceaux. Ce meurtre a bien eu lieu. Mais il confesse aujourd’hui qu’il connaissait à peine la jeune victime…

Une quarantaine d'ouvrages

Parmi ses affabulations, le Français s’est aussi inventé une carrière de joueur de foot professionnel, s’est vanté d’avoir collaboré avec le FBI ou d’avoir participé à la création d’un département français spécialisé en profilage criminel. Tout cela est également faux.

Stéphane Bourgoin reste un fin connaisseur des tueurs en série, sur qui il a travaillé toute sa vie. Il est aussi l’auteur d’une quarantaine d’ouvrages sur le sujet, qu’il prétend rigoureux contrairement à ses déclarations – même si des doutes persistent. Mais bien difficile aujourd’hui de démêler les parts de vérités et d’inventions dans ses multiples interventions.

«Complexe de ne pas être à la hauteur»

Pour tenter d’expliquer ces longues années de «mythomane du crime», comme l’écrit «Paris Match», Stéphane Bourgoin avance dans «Le Parisien» avoir «toujours eu le sentiment profond de ne pas être aimé» ainsi qu’un «complexe de ne pas être à la hauteur» dans son travail.

Poussé à crever l’abcès, le serial menteur dit dorénavant ressentir un soulagement comme de la honte. «Je m’excuse profondément, sincèrement», explique-t-il encore.

R.M.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!