Attentat: Le procès à Bangkok est reporté faute de traducteur
Publié

AttentatLe procès à Bangkok est reporté faute de traducteur

La cour militaire qui devait juger mardi les deux suspects de l'attentat de Bangkok d'août 2015 a annoncé mardi le report du procès.

1 / 39
Le procès des deux accusés ouïghours, auteurs de l'attentat de Bangkok, a débuté ce mardi. (15 novembre 2016)

Le procès des deux accusés ouïghours, auteurs de l'attentat de Bangkok, a débuté ce mardi. (15 novembre 2016)

archives, Keystone
Le procès de l'attentat de Bangkok, qui a fait 20 mort en août 2015, a été une nouvelle fois reporté jeudi d'un mois. Le tribunal n'a pas pu fournir de traducteurs compétents pour les deux suspects ouïghours. (Jeudi 15 septembre 2016)

Le procès de l'attentat de Bangkok, qui a fait 20 mort en août 2015, a été une nouvelle fois reporté jeudi d'un mois. Le tribunal n'a pas pu fournir de traducteurs compétents pour les deux suspects ouïghours. (Jeudi 15 septembre 2016)

AFP
La cour militaire qui devait juger ce mardi les deux suspects de l'attentat de Bangkok d'août 2015 a annoncé le report du procès. La raison invoquée est l'absence de traducteur maîtrisant l'ouïghour, langue de cette minorité musulmane turcophone de Chine. (23 août 2016)

La cour militaire qui devait juger ce mardi les deux suspects de l'attentat de Bangkok d'août 2015 a annoncé le report du procès. La raison invoquée est l'absence de traducteur maîtrisant l'ouïghour, langue de cette minorité musulmane turcophone de Chine. (23 août 2016)

Reuters

La décision des juges été prise faute de traducteur maîtrisant l'ouïghour, langue de cette minorité musulmane turcophone de Chine.

Le juge a annoncé au premier jour d'audience que le procès serait repoussé au 15 septembre, a constaté une journaliste de l'AFP sur place. Ce juge militaire n'a pas indiqué son nom et la prise de notes était interdite à l'audience.

Les deux suspects, tous deux Ouïghours, ont cependant été conduits mardi matin devant la cour, qui n'a pu que constater l'absence de traducteur. Le juge a invoqué à l'audience le manque de temps pour engager un nouveau traducteur.

Le traducteur précédent est en fuite depuis juin, dans une affaire de détention de drogue. Il a accusé la police d'avoir placé de la drogue sur lui, afin de le punir d'avoir aidé les Ouïghours en acceptant d'être leur traducteur.

Ambiance tendue

Ce procès des deux auteurs présumés d'un attentat qui a fait 20 morts à Bangkok en août 2015 était très attendu en Thaïlande, dans une atmosphère de suspicion quant aux méthodes d'enquête et à la volonté des autorités d'étouffer l'affaire. Cet attentat est le plus meurtrier commis dans le royaume, jusqu'ici épargné par le terrorisme international.

Lors d'audiences préliminaires il y a quelques mois, tous deux ont plaidé non coupables. Le poseur de bombe présumé est allé jusqu'à dénoncer des «tortures», affirmant avoir subi des pressions pour qu'il avoue, puis en prison des mauvais traitements de ses geôliers.

Ce procès devait s'ouvrir moins de deux semaines après une série de nouveaux attentats en Thaïlande ayant fait quatre morts et des dizaines de blessés, dont des touristes étrangers.

(ats)

Votre opinion