22.01.2012 à 21:11

Etats-UnisLe procès du «petit Madoff» s'ouvre lundi

Le financier américain Allen Stanford est accusé d'escroquerie pour un montant s'élevant à 7 milliards de dollars. Rappel des faits.

Le milliardaire à son arrivée à la Cour fédérale de justice du Texas le 17 décembre 2009.

Le milliardaire à son arrivée à la Cour fédérale de justice du Texas le 17 décembre 2009.

AFP

Le procès du financier américain Allen Stanford, incarcéré depuis 2009 pour une escroquerie portant sur 7 milliards de dollars, s’ouvre lundi à Houston, au Texas, avec la sélection des jurés.

La comparution d'Allen Stanford, 61 ans, un colosse de 1 mètre 93, sera scrutée par de nombreux investisseurs qui se demandent encore s’ils parviendront à récupérer leurs fonds.

Le procès a été reporté en raison de plusieurs changements d’avocats et d’une bagarre dans sa prison de Houston au cours de laquelle il a été gravement blessé.

Surnommé le Petit Madoff

Allen Stanford, surnommé le «petit Madoff» en référence à l’escroc new-yorkais condamné à 150 ans de prison, a plaidé non- coupable des 14 chefs d’accusation retenus contre lui. L’accusé aurait trompé quelque 30’000 investisseurs de plus de 100 pays par des investissements bidon via Stanford International Bank, basée à Antigua.

En janvier, le juge de Houston chargé de l’affaire, David Hittner, avait estimé que le prévenu n’était pas apte à comparaître, car il souffrait d’accès de délire, attribués à sa dépendance aux anxiolytiques et à une blessure à la tête subie lors d’une bagarre avec un codétenu.

Anobli aux Caraïbes

L’ouverture du procès lundi laisse penser que son état s’est amélioré. Ce Texan qui a aussi acquis la nationalité antiguaise au temps de sa splendeur est accusé d’avoir monté une fraude pyramidale, en vendant des produits financiers fictifs aux rendements exceptionnels. Les investisseurs étaient rémunérés grâce aux fonds apportés par les nouveaux arrivants.

Dans la petite nation caribéenne d’Antigua et Barbuda, Allen Stanford était connu pour ses largesses accordées ostensiblement aux deux îles, où il a été anobli.

Mais son règne a commencé à se ternir lorsque le gendarme de la Bourse américain, la Securities and Exchange Commission (SEC) l’a mis en cause pour fraude en février 2009. Allen Stanford a été arrêté en juin 2009 devant la maison de sa petite amie et clame son innocence depuis le début des poursuites.

La plupart de ses fonds ont été gelés et Allen Stanford a dû accepter un avocat commis d’office, avant d’en changer plus d’une dizaine de fois.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!