20.08.2017 à 09:04

ExclusifLe procès-verbal dit que la porcherie est «conforme»

Le document des deux contrôleurs mandatés par l’État de Vaud est catégorique: la porcherie vaudoise décriée a respecté la loi.

par
Dominique Botti
Le rapport officiel de l’inspection conclut à la conformité de l’exploitation de Willy Annen.

Le rapport officiel de l’inspection conclut à la conformité de l’exploitation de Willy Annen.

Sebastien Anex/LMD

L’éleveur porcin Willy Annen maltraite-t-il ses animaux? La militante végane Kate Amiguet, de la Fondation Mart, en est persuadée. Son film tourné sans autorisation début août dévoile l’intérieur d’une des porcheries de l’éleveur à La Praz (VD). Les images montrent notamment un cochon affaibli, dont la queue sanguinolente est mordillée par des congénères. Le montage de six minutes, oppressant, a fait le buzz sur les réseaux sociaux.

Depuis, la polémique ne cesse d’enfler. Willy Annen a toujours clamé publiquement son innocence. Il conteste l’authenticité de ces images, qui ne sont pas datées et pas localisables. De plus, ajoute-t-il, son élevage de La Praz a été contrôlé à la suite de la diffusion du film de la Fondation Mart. Le rapport confirme que les normes sont respectées. Cette défense ne convainc pas Kate Amiguet. Elle dénonce l’absence de neutralité de cette inspection. Selon elle, il y a eu une fuite. Willy Annen a été informé à l’avance; il a pu nettoyer les lieux avant l’arrivée des experts.

«Le Matin Dimanche» a pu consulter le rapport officiel de l’inspection qui a eu lieu le 8 août dernier. C’est le vétérinaire cantonal, Giovanni Peduto, qui l’a commandée après avoir vu une partie des images transmises par la militante végane. Deux membres de l’Association vaudoise de contrôle des branches agricoles (CoBrA) se sont présentés devant la porcherie à 14 h. La visite a eu lieu avec l’employé responsable de la gestion des lieux. Willy Annen n’était pas présent.

Le rapport officiel est un formulaire type du Service cantonal vétérinaire (SCAV). Le procès-verbal, numéro 1921533, est daté du 8 août et signé par les parties présentes sur place. Sur la première page, en haut à droite, une coche indique que «le contrôle n’a pas été annoncé». À la dernière page, un fonctionnaire du SCAV a contresigné le PV le 10 août. «Ce rapport de contrôle équivaut à une attestation de conformité», coche-t-il.

Pour en savoir plus, consultez le site du Matin Dimanche, www.lematindimanche.ch, sur votre ordinateur personnel, votre tablette ou votre smartphone. L’application Le Matin Dimanche est toujours disponible sur iPad.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!